Accueil / Développement / Turquie-Afrique : Un sommet d’affaires s’ouvre à Istanbul

Turquie-Afrique : Un sommet d’affaires s’ouvre à Istanbul

Turquie-Afrique : Un sommet d’affaires s’ouvre à Istanbul

[02-11-2016. 10h00] Le Président turc devrait prendre la parole à l’ouverture du forum, de même que le Président tchadien Idriss Déby Itno, président en exercice de l’Union africaine annoncé à Istanbul. Ils suivront plusieurs sessions thématiques, des échanges B to B et des visites d’entreprises. Le Forum prend fin demain.

Aujourd’hui débute, dans la capitale économique turque, un important forum destiné à promouvoir les investissements et le partenariat.

Istanbul, la grande métropole économique, financière et culturelle de la Turquie accueille, ce matin, le Turkish-Africa Business and Economic Forum », une manifestation destinée à donner un second souffle aux échanges économiques entre la Turquie et l’Afrique. Le forum, prévu par le dernier sommet Afrique-Turquie de Malabo 2014, aurait dû se tenir fin septembre-début octobre.

Reporté en raison de la situation politique turque et sous-régionale alors extrêmement volatile, il s’ouvre finalement ce matin dans un climat plus serein, le pays ayant rapidement tourné la page du coup d’Etat avorté pour s’engager sur la voie de sa relance économique. La métropole cosmopolite aux 2000 mosquées et centaines d’églises qui fut successivement cité commerciale de l’Antiquité (Byzance), capitale de l’Empire romain d’Orient (Constantinople), siège des sultans du puissant empire ottoman avant de devenir la plus grande ville du pays, symbolise, à elle seule, la puissance économique turque en plein déploiement international.

Avec une population jeune et dynamique de plus de 80 millions d’habitants, un Produit national brut de 820 milliards de dollars américains (1 dollar=environ 570 FCfa), la Turquie est classée comme la 17e puissance économique mondiale et compte un secteur privé très actif et expérimenté, qui fait ses preuves dans le monde, dans plusieurs secteurs d’activité. Les constructeurs turcs de grande renommée sont ainsi considérés comme les deuxièmes à l’échelle de la planète.

Les entrepreneurs turcs sont, aujourd’hui, parmi les plus actifs du continent africain. Ils ont réalisé, selon les statistiques officielles turques, 1 150 projets en Afrique avec un chiffre d’affaires cumulé de 55 milliards de dollars Us. L’Afrique représente 21 % de leurs chiffres d’affaires. Quant au volume commercial entre la Turquie et l’Afrique, il a atteint 17,5 milliards de dollars Us en 2015.

Ce secteur privé turc au dynamisme décuplé veut s’investir plus fortement en Afrique, un continent où les opportunités d’affaires et de retour sur investissements sont légion, et où la Turquie du Président Recep Tayyip Erdogan a entrepris de réorienter la diplomatie économique voire politique de son pays.

C’est l’une des raisons d’être du forum d’Istanbul des 2 et 3 novembre. Organisé conjointement par le ministère de l’Économie de la République de Turquie et la Commission de l’Union africaine, il constituera, selon ses promoteurs, « une plateforme unique pour les milieux d’affaires turcs et africains et pour l’établissement d’une coopération bénéfique de longue durée ».

Augmenter la visibilité des milieux d’affaires turcs et africains en Turquie et en Afrique, analyser la situation actuelle des relations économiques et commerciales entre la Turquie et l’Afrique, rechercher les opportunités de coopération entre la Turquie et le continent africain tout en discutant les éventuels défis, encourager les investisseurs des secteurs privés des deux côtés pour créer des opportunités d’investissements mutuels, tels sont les principaux défis que veut relever le Forum d’Istanbul.

Le Président turc devrait prendre la parole à l’ouverture du forum, de même que le Président tchadien Idriss Déby Itno, président en exercice de l’Union africaine annoncé à Istanbul. Il suivront plusieurs sessions thématiques, des échanges B to B et des visites d’entreprises. Le Forum prend fin demain.

Valentin MBOUGUENG / fratmat.info
envoyé spécial à Istanbul

Aller en haut