Accueil / International / Turquie: Ce patron qui a vendu sa société et partagé le bénéfice

Turquie: Ce patron qui a vendu sa société et partagé le bénéfice

Turquie: Ce patron qui a vendu sa société et partagé le bénéfice

Le CEO d’une entreprise turque de livraison de repas a vendu sa société et partagé une partie des bénéfices de la vente entre ses salariés, soit 237’000$ par employé.

Généralement, quand un salarié entend parler de la vente de la société pour laquelle il travaille, il peut prendre peur: mesures d’économies d’échelles, restructurations, suppression des doublons,… Fusions et acquisitions riment souvent avec angoisse et chômage. Pas pour les 114 employés de Yemeksepeti, une entreprise turque de livraison de repas.

Fondée voici quinze ans par Nevzat Aydin et trois de ses amis, la petite entreprise a très vite grandi et est devenu un acteur majeur du secteur de la livraison à domicile de repas préparés: trois millions de commandes sont enregistrées chaque mois sur sa plateforme web, et a ouvert des antennes au Liban, en Jordanie, au Qatar, aux Emirats Arabes Unis, à Oman et en Arabie Saoudite.

237’000$ par employé

Le succès est tel que le géant allemand du secteur, Delivery Hero a fait le forcing pour racheter Yemeksepeti («le panier repas» en turc). Différentes offres se sont succédées sur le bureau de Nevzat Aydin, depuis les 3 millions de dollars quelques mois après la création à 589 millions de dollars voici quelques mois. Et c’est cette dernière offre qu’il a acceptée début mai.

Mais les craintes éventuelles des employés quant à leur avenir ont été vite dissipées. Non seulement le CEO a obtenu de son acquéreur de pouvoir rester à la tête de la société, mais en plus il a assuré à chaque collaborateur que sa place de travail ne serait pas menacée. Et la cerise sur le gâteau a consisté en un pactole de 237’000$ distribué à chacun des 114 employés.

Nevzat Aydin a en effet décidé de récompenser ses collaborateurs en leur consacrant une enveloppe de 27 millions de dollars sur les 589 millions de la transaction. Sans tenir compte de la position hiérarchique, de l’ancienneté ou du temps de travail de chacun, il a divisé ce capital en 114 parts égales, soit 237’000$.

L’équivalent de 20 années de salaire

Pour des salariés qui gagnent entre 1000 et 2000$ par mois, ce bonus représente l’équivalent de 20 années de salaire. Et cela représente près de 30% de plus que le bonus moyen à Wall Street en 2014. «Le succès de Yemeksepeti n’est pas arrivé par magie et de nombreuses personnes y ont contribué en travaillant dur et par leur talent», explique le CEO pour justifier son geste. «Je crois au travail d’équipe et je crois que le succès est plus agréable et plus glorieux quand il est partagé avec le reste de l’entreprise», ajoute-t-il dans une interview à CNNMoney.

Nedim Nahmias est l’un des heureux bénéficiaires du cadeau. Ayant démarré au call center en 2005, il a gravi les échelons pour se retrouver depuis quelques mois au poste de COO. «Ce bonus va changer la vie de la plupart d’entre nous», se réjouit-il, avant d’ajouter que la somme pouvait subvenir intégralement et durablement aux besoins d’un jeune couple sur le point de se marier et de s’installer.

D’autres bonus ne sont pas exclus

Si les employés ont été surpris par le montant du cadeau, l’opération a été réalisée en accord entre Nevzat Aydin et Delivery Hero. «Le succès de sociétés comme Yemeksepeti et Delivery Hero s’appuie sur d’extraordinaires cultures d’entreprises où des gens impliqués feront toujours le petit plus qui assurera la réussite du projet», a justifié Bodo von Braunmuehl, porte-parole de Delivery Hero. Nevzat Aydin va d’ailleurs intégrer le conseil d’administration du groupe allemand.

Pour lui comme pour les responsables de Delivery Hero, la porte n’est pas fermée à d’autres cadeaux de ce genre à l’avenir si les projets menés par les équipes de Yemeksepeti sont couronnés de succès. En mettant la main sur Yemeksepeti, Delivery Hero a en effet pris pied au Moyen-Orient et s’affirme comme l’un des poids-lourds du secteur, avec des filiales en Corée du Sud, en Chine, dans tous les pays d’Amérique du Sud et dans de nombreux pays d’Europe (dont la Suisse).

bilan.ch

Aller en haut