Accueil / International / Uber : le président Jeff Jones quitte le navire en pleine tempête

Uber : le président Jeff Jones quitte le navire en pleine tempête

Uber : le président Jeff Jones quitte le navire en pleine tempête
Jeff Jones

Rien ne va plus pour l’entreprise de Travis Kalanick. À peine sept mois après son arrivée en tant que président d’Uber, le numéro 2 du groupe fait ses valises.

« Il est clair à présent que les opinions et l’approche du leadership qui ont guidé ma carrière entrent en contradiction avec ce que j’ai vu et ce dont j’ai fait l’expérience chez Uber. »

Le message de Jeff Jones envoyé au site américain Recode est clair : sa démission est en lien avec les affaires dans lesquelles l’entreprise est empêtrée depuis quelques mois. Et pas avec l’annonce récente de Travis Kalanick de la volonté d’engager un chief operating officer pour l’aider à redresser la barre.

Uber dans la tourmente

Considéré comme le numéro 2 de la société derrière le CEO Travis Kalanick, Jeff Jones était arrivé en septembre dernier pour remplacer Ryan Graves. Cet ancien directeur marketing du groupe de distribution Target avait été engagé chez Uber en partie pour redorer l’image de l’entreprise.

« En 6 mois, Jeff a eu un impact important sur la société », a souligné Travis Kalanick dans un mail à ses équipes, retransmis par Recode. Le CEO indique notamment que son ancien président a lancé la première étude sur la réputation de la marque Uber.

Le départ de Jeff Jones intervient peu de temps après la démission forcée d’Amit Singhal fin février et celle bien volontaire du responsable produit Ed Baker et du chercheur en sécurité Charlie Miller début mars.

Par ailleurs, Uber doit gérer d’autres affaires qui ternissent son image depuis quelques temps : les accusations de sexisme au sein de l’entreprise, l’embrouille filmée entre Travis Kalanick et un chauffeur ou encore Greyball, le logiciel pour éviter les autorités.

Elaine Cordon

linformaticien.com

Aller en haut