Accueil / Développement / UEMOA : pourquoi les exportations ont fortement fléchit en 2016

UEMOA : pourquoi les exportations ont fortement fléchit en 2016

UEMOA  : pourquoi les exportations ont fortement fléchit en 2016

D’après un rapport publié ce jeudi 30 novembre par la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest, les exportations des biens et des services dans la zone de l’Union économique et monétaire ouest africaine a enregistré une forte baisse en 2016, se chiffrant à 7,6% par rapport à 2015. Une baisse qui résulte de plusieurs facteurs.

Le commerce extérieur des pays de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) a enregistré une forte baisse en 2016. Selon le rapport publié cette fin de semaine par la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (BCEAO), les exportations de biens et services dans l’espace UEMOA ont enregistré une baisse considérable de 7,6% en 2016 par rapport à 2015.

Il s’agit selon la Banque, d’une régression portée essentiellement par la chute des ventes des produits pétroliers et du cacao, entre autre. « Cette contre-performance des ventes à l’extérieur des pays de l’UEMOA est en rapport essentiellement avec le recul en volume des ventes de cacao, de coton et des produits pétroliers », indique le rapport qui préciser aussi que « les exportations totales de biens en valeur des pays de l’UEMOA se sont établies à 13.291,2 milliards en 2016, en régression de 9,4% par rapport au niveau enregistré un an auparavant. Cette évolution est essentiellement imputable au repli des ventes de cacao (-9,4%), de produits pétroliers (-22,0%) et de coton (-1,1%) », indique le rapport de la BCEAO.

Notons que le recul des ventes de cacao selon la BCEAO, est dû à la baisse de la production en raison des conditions climatiques peu favorable en Côte d’Ivoire et de la crise des cours mondiaux (-7,6%) subséquente à la baisse de la demande. Quant à la baisse des expéditions du pétrole, la banque rappelle qu’elle résulte de la chute des cours mondiaux de cette spéculation (-11,0%) couplée à un fléchissement des quantités exportées (-0,2%). Pour remédier à la tendance baissière globale observée, le rapport recommande aux Etats membre de l’Union d’intensifier la mise en œuvre des réformes structurelles afin d’améliorer la compétitivité des filières exportatrices traditionnelles et diversifier l’offre de biens et services destinés aux non-résidents.

Un tableau mitigé

L’UEMOA n’a pas connu que des baisses. Dans son rapport, la BCEAO souligne qu’il y a malgré tout, un certain progrès dans les domaines des exportations des matières premières comme l’or (+7,2%) et l’uranium et de la vente extérieure de l’anacarde (+ 11,4%) à la faveur du raffermissement de leurs cours internationaux. « Les exportations d’or ont poursuivi leur tendance haussière, entamée en 2013, ressortant à 2.936,8 milliards en 2016, soit une augmentation de 7,2% par rapport à 2015 », lit-on dans le rapport.

Selon la banque, cette situation est essentiellement imputable à la hausse des exportations du Burkina-Faso consécutive à l’ouverture de trois nouvelles mines d’or dans les régions de Bagassi, Karma et Bourroum. « Les exportations de ce pays sont passées de 795,5 milliards francs CFA pour s’établir à 922,2 milliards francs CFA, soit une hausse de 15,9%. La part de l’or dans les produits vendus à l’extérieur de l’Union est ressortie à 22,1% en 2016 contre 18,7% en 2015, soit un accroissement de 3,4 points de pourcentage », précise le document.

Emmanuel Atcha
la tribune afrique

Aller en haut