Accueil / Finances / Un consortium d’investisseurs mené par Abraaj Group envisage de racheter 35% de Barclays Africa

Un consortium d’investisseurs mené par Abraaj Group envisage de racheter 35% de Barclays Africa

Un consortium d’investisseurs mené par Abraaj Group envisage de racheter 35% de Barclays Africa
Arif Masood Naqvi, CEO d'Abraaj Group.

Un consortium d’investisseurs mené par la firme de private equity Abraaj Group envisage de déposer une offre d’achat d’une participation d’environ 35% dans la filiale africaine de la banque britannique Barclays, rapporte l’agence Bloomberg le 13 mai, citant des sources proches du dossier. Abraaj Group a déjà engagé des conseillers financiers à cet effet et lancé des discussions pour faire équipe avec d’autres investisseurs, dont un fonds souverain du Moyen-Orient, ont précisé ces sources qui ont préféré garder l’anonymat.

La participation d’environ 35% dans Barclays Africa visée par Abraaj Group vaut environ 2,6 milliards de dollars sur la base de la valorisation de l’action du groupe.

Les sources citées par Bloomberg ont, d’autre part, souligné que l’ancien patron de Barclays, Bob Diamond, ne fait pas partie du consortium mené par Abraaj.

Barclays a déjà cédé, début mai, un cinquième de sa participation dans sa filiale africaine dans le cadre d’un placement privé. Suite à cette opération, la banque britannique, présente depuis plus d’un siècle en Afrique, s’est engagée à ne pas céder davantage d’actions durant une période de 90 jours en vertu d’une clause de lock-up.

Barclays Africa est la troisième plus grande banque en Afrique du Sud. Elle possède des filiales dans 12 pays africains et un portefeuille de 12 millions de clients.

A noter que la Banque centrale sud-africaine avait annoncé il y a environ une semaine qu’elle voyait d’un mauvais œil une éventuelle prise de contrôle de Barclays Africa par une firme de private equity.«Nous ne sommes pas très à l’aise avec la prise de contrôle de n’importe quelle banque par une firme de private equity. Cela implique très souvent des effets de levier et des stratégies de sorties, or les banques ont besoin d’actionnaires de long terme, avec une surface financière suffisante», avait déclaré le vice-gouverneur de la South Africa Reserve Bank, Kuben Naidoo.

Plusieurs groupes bancaires investisseurs africains et internationaux, dont le kenyan Equity Bank, le marocain Attijariwafa Bank, le suisse Falcon Private Bank, le tycoon tanzanien Mohammed Dewji et le milliardaire sud-africain Patrice Motsepe, ont déjà manifesté leur intérêt pour les actifs africains de Barclays.

agenceecofin.com

Aller en haut