Accueil / Finances / Un courtier américain submergé par l’envolée du franc suisse

Un courtier américain submergé par l’envolée du franc suisse

Un courtier américain submergé par l’envolée du franc suisse

FXCM, qui propose l’une des plus grandes plateformes internet de trading de devises à destination des particuliers, se retrouve en manque de fonds propres après les pertes de ses clients. Leucadia (banque Jefferies) vole à sa rescousse en lui consentant un prêt de 300 millions de dollars sur 2 ans, à 10%.

Le trading est une activité risquée. Les particuliers qui s’aventurent à crédit sur ce terrain en voient une nouvelle illustration avec la catastrophe qui frappe FXCM: ce courtier qui offre une des plus grandes plateformes internet de trading de devises se retrouve en manque de fonds propres. La société listée au New York Stock Exchange a vu sa cotation suspendue vendredi matin. Sur le marché de gré à gré, avant l’ouverture de la bourse, son cours avait plongé de 90%. Une réaction aux informations crédibles selon lesquelles les pertes subies par ses clients engageaient sa responsabilité en tant que contrepartie au-delà des normes réglementaires.

Pris à contre-pied par la décision inattendue de la banque centrale suisse de ne plus défendre l’indexation du franc à l’euro, FXCM confirme que ses clients ont perdu collectivement 225 millions de dollars. Pour rétablir ses ratios de fonds propres aux niveaux exigés par les autorités, FXCM a entamé «des discussions avec ses régulateurs sur différentes alternatives». La Commodity Futures Trading Commission (CFTC), principal régulateur des courtiers sur les marchés de change, s’est saisie de l’affaire. Vendredi, la holding diversifiée américaine Leucadia, qui détient notamment la banque Jefferies, a volé à la rescousse du courtier en lui consentant un prêt de 300 millions de dollars sur deux ans, assorti d’un taux d’intérêt de 10%. Heureusement les problèmes de ce petit courtier new-yorkais de moins de 900 employés, ne représentent pas un risque pour le reste du système financier.

La CFTC autorise les particuliers à ne déposer au comptant dans leurs comptes de trading que 2% de la somme sur laquelle ils spéculent

Même les pertes subies par de grandes banques actives sur le marché des devises, comme Deutsche Bank et Barclays, ne semblent pas de nature à ébranler la finance mondiale. On estime à 150 millions de dollars les pertes subies par la banque allemande dans les heures qui ont suivi la décision surprise de la Banque Nationale Suisse. Les pertes essuyées par Barclays seraient de moins de 100 millions de dollars et n’auraient pas «d’impact matériel sur ses résultats financiers».

FXCM au cours du trimestre dernier a traité 1, 4 milliard de transactions pour le compte de particuliers. Entre 67 et 70% de ses clients en 2014 ont perdu de l’argent l’an passé en cherchant à surfer sur les mouvements de devises. Les courtiers, qui contrôlent mal les risques pris par les clients auxquels ils font crédit, sont susceptibles de subir de fortes pertes dans les moments de grande volatilité et de disparition de liquidité des échanges. C’est exactement ce qui s’est produit jeudi. Il faut savoir que la CFTC autorise les particuliers à ne déposer au comptant dans leurs comptes de trading que 2% de la somme sur laquelle ils spéculent. Selon Richard Repetto, de la maison Sandler O’Neill, FXCM offrait à ses clients de spéculer à crédit sur les cours du franc suisse en euros avec un mise inférieure à 50 fois leur prise de risque.

Pierre-Yves Dugua
lefigaro.fr

Aller en haut