Accueil / Agro / Un des plus gros exportateurs mondial du sucre est né

Un des plus gros exportateurs mondial du sucre est né

Un des plus gros exportateurs mondial du sucre est né

Un nouveau colosse mondial dans le commerce du sucre est né. Il est le fruit d’un mariage entre le géant singapourien de négoce de matières premières agricoles Wilmar et le premier groupe sucrier mondial, le Brésilien Reizen.

 

C’est une alliance entre un producteur et un négociant qui s’est créée. La nouvelle entité, baptisée Raw, sera l’un des plus gros exportateurs du monde, avec 4,5 millions de tonnes de sucre traitées par an.

Ce mariage fait partie de la stratégie expansionniste de Wilmar, le géant mondial de l’agro-business, basé à Singapour et qui emploie 92 000 salariés dans le monde.
En créant cette coentreprise, les producteurs brésiliens du sucre, en difficulté à cause de la chute des cours des matières premières, cherchent à profiter du réseau commercial de Wilmar. Le groupe singapourien, présent dans plus de 50 pays cherche de son côté à élargir encore plus son réseau de production, s’offrant ainsi une supériorité sur ses concurrents. Il a déjà créé l’an dernier une alliance avec Tereos, le groupe coopératif sucrier français, le troisième au monde.

Mais les analystes estiment que ces alliances entre producteurs et négociants ne sont pas forcément une stratégie gagnante. En effet, ces dernières années beaucoup de négociants qui ont investi dans des actifs sucriers se sont désengagés. Sauf que dans la situation actuelle, cette opération avec l’entreprise brésilienne tombe à pic pour un gros négociant comme Wilmar.

La donne est en train de changer, après des années de surabondance. Le marché est aujourd’hui déficitaire. Les cours du sucre flambent depuis un an et les stocks fondent à vue d’œil. Le sucre commence à manquer et la situation devrait durer au moins deux ans encore selon les spécialistes du secteur.

En effet la consommation mondiale de sucre, augmente de manière régulière, à un rythme moyen de 2% par an.

Altin Lazaj / rfi.fr

Aller en haut