Accueil / Développement / Un milliardaire chinois offre un week-end en France à 6400 salariés

Un milliardaire chinois offre un week-end en France à 6400 salariés

Un milliardaire chinois offre un week-end en France à 6400 salariés

Pour fêter les 20 ans de son groupe, le milliardaire Li Jinyuan a réservé des chambres dans 130 hôtels et acheté 7600 billets de train.

Des groupes de touristes chinois qui envahissent la Ville Lumière. Le phénomène est devenu coutumier ces dernières années. Surtout aux abords des grands magasins où les vendeuses de parfums et autres produits de luxe se sont mises au mandarin. Mais lorsqu’un groupe de 5400 visiteurs débarque d’un seul coup à Paris, c’est du jamais-vu. Le milliardaire chinois Li Jinyuan, président du conglomérat Tiens – présent dans des activités aussi diverses que les biotechnologies, l’hôtellerie, l’éducation ou les services financiers -, a eu la bonne idée de fêter les 20 ans du groupe à Nice via Paris. L’homme d’affaires, 24e fortune de Chine, a vu grand: 6400 salariés (5400 Chinois et un millier de collègues d’autres nationalités), soit la moitié du groupe, sont du voyage! Quarante-huit heures à sillonner la capitale – tour Eiffel, Louvre, dîner de gala pour les VIP… – avant de s’embarquer en TGV pour la Côte d’Azur et vivre un événement hors normes sur la Promenade des Anglais. Une véritable prouesse logistique. Il a fallu réserver 140 hôtels entre Paris et Nice, soit 30 000 nuitées et acheter 7 600 billets de train.

Pour l’occasion, la SNCF a affrété ce vendredi deux TGV supplémentaires. Voyagessncf.com a dépêché une équipe de douze personnes gare de Lyon pour assister les voyageurs. Au final, ce sont 13 millions d’euros de recettes attendues pour l’Hexagone. Le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, très à l’aise dans son costume de VRP du tourisme, n’a pas manqué de recevoir Li Jinyuan au Quai d’Orsay pour le remercier de son choix. Avec peut-être à la clé quelques investissements? Le milliardaire aurait des vues dans le Bordelais…

Anne Cheyvialle
lefigaro.fr

Aller en haut