Accueil / Mines & Energies / Un réchauffement de 2,5°C pourrait faire perdre 2 500 milliards $ aux actifs financiers…

Un réchauffement de 2,5°C pourrait faire perdre 2 500 milliards $ aux actifs financiers…

Un réchauffement de 2,5°C pourrait faire perdre 2 500 milliards $ aux actifs financiers…

Un réchauffement de 2,5°C pourrait faire perdre 2 500 milliards $ aux actifs financiers mondiaux

2 500 milliards $. Tel est le montant que risquent de perdre, en moyenne, les actifs financiers mondiaux, si aucune mesure supplémentaire n’est prise en faveur de la réduction du réchauffement climatique (scénario “business as usual “). La réalisation de ce scénario entrainera, en effet, d’ici 2100, un réchauffement climatique de 2,5°C, par rapport à l’ère préindustrielle, qui infligerait ces pertes au marché financier mondial.

Cette information a été révélée par une étude réalisée par le Grantham Institute on Climate Change and the Environment et le cabinet de conseil Vivid Economics. Les pertes entrevues représentent 1,8% de la valeur actuelle des actifs financiers mondiaux qui s’élèvent à environ 138 889 milliards $ et 50% de la capitalisation totale des sociétés intervenant dans les ressources fossiles.

L’étude a également révélé qu’un réchauffement à 2°C permettrait de réduire les pertes de 800 milliards $, les ramenant ainsi à une moyenne de 1 700 milliards $.

En outre, dans le scénario “business as usual”, le risque a 5% de chances de s’étendre à 4,8% de la valeur totale des actifs (soit environ 6 667 milliards $) et 1% de chances d’atteindre 16,9% de cette valeur (23 472 milliards $).

Dans le cas d’un réchauffement à 2°C, il y a 5% de chances que ce risque s’élève à 2,9% de la valeur totale des actifs financiers (environ 4 028 milliards $) et 1% de chances qu’il atteigne 9,2 % de la valeur des actifs (environ 12 778 milliards $).

« Limiter le réchauffement à 2°C est financièrement rentable pour les investisseurs neutres vis-à-vis du risque et encore plus rentable pour les investisseurs prudents.», ont alors conclu les auteurs de ce rapport.

Gwladys Johnson
agenceecofin.com

Aller en haut