Accueil / Tic & Telecoms / Un vol de données comme chez Facebook est impossible chez Apple, selon Tim Cook

Un vol de données comme chez Facebook est impossible chez Apple, selon Tim Cook

Un vol de données comme chez Facebook est impossible chez Apple, selon Tim Cook

Le patron de la marque à la pomme a réaffirmé que la protection des données personnelles de ses utilisateurs était une priorité. Même en Chine.

Lors d’une interview accordée cette nuit au site d’information Vice News , Tim Cook, le patron d’Apple, s’est attaché à rassurer les utilisateurs des produits et services de la marque à la pomme. Et a martelé une fois de plus que la vie privée et la sécurité était une, voire « la » priorité de l’entreprise.

Alors que Facebook est une fois dans la tourmente après l’annonce du piratage de quelque 50 millions de comptes (dont 5 millions en Europe), Tim Cook a affirmé qu’une telle mésaventure était impossible chez Apple. Les données personnelles des utilisateurs demeurent verrouillées au sein des iPhone, là où même Apple ne peut pas accéder, assure-t-il.

A la différence de Facebook ou Google, le modèle économique d’Apple ne repose pas sur la collecte et l’exploitation commerciale des données personnelles de ses utilisateurs, a-t-il encore expliqué. Reprenant certains arguments qu’il avait mis en avant lors du scandale Cambridge Analytica .

Dès la conception du produit, « notre défi est de récolter le moins possible (de données) sur vous. Et quand nous en avons, nous [...] les cryptons de bout en bout », a-t-il insisté.

« Nous ne lisons pas vos messages », a-t-il encore expliqué en s’adressant directement aux utilisateurs. Jurant également qu’il considère « la vie privée comme un élément central de la liberté » aux Etats-Unis.

La Chine ne peut pas espionner les utilisateurs d’Apple

Un respect assumé de la vie privée qui, selon Tim Cook, est toujours de mise même dans un pays comme la Chine, où la censure et les contrôles sont pourtant monnaie courante. Selon lui, Pékin, qui exige que les données de ses citoyens restent en Chine, ne peut pas accéder aux données des utilisateurs. Ni les espionner.

La Chine demande un permis si l’on veut proposer un service de cloud. « Et pour avoir un permis, il faut être une entreprise (chinoise). Donc nous avons travaillé avec une compagnie chinoise pour proposer iCloud, mais les clés [...] sont à nous », a-t-il encore affirmé.

Pour autant, a-t-il concédé, une forme de contrôle du secteur n’est pas incompatible avec la défense de la liberté. « Lorsque l’économie de marché ne produit pas quelque chose de bien pour la société, je pense qu’il faut le reconnaître [...]. Je pense qu’un certain niveau de régulation des pouvoirs publics est important », a ainsi encore expliqué Tim Cook.

Claude Fouquet
lesechos

Aller en haut