Accueil / Tic & Telecoms / Une certification internationale pour fournisseurs de mobile money

Une certification internationale pour fournisseurs de mobile money

Une certification internationale pour fournisseurs de mobile money

Le secteur du mobile money dispose désormais d’un programme international de certification, une initiative de la GSMA, l’association mondiale des opérateurs de téléphonie mobile, qui se veut « un label d’excellence » pour hisser les fournisseurs de Mobile money aux meilleures pratiques au niveau mondial.

Avec 690 millions de comptes actifs et 1 milliard de dollars de transactions quotidiennes à l’échelle mondiale, le Mobile money est aujourd’hui un phénomène de société en plein boom dans les marchés émergents, en Afrique notamment. Le succès de ce service repose cependant sur la confiance des utilisateurs et la qualité des services offerts. Et c’est pour garantir la fiabilité de ce système, qui côtoie de près le secteur bancaire avec des enjeux financiers de plus en plus importants, que la certification internationale a été mise en œuvre.

Dénommé « GSMA Mobile Money Certification », le programme a été présenté ce 12 avril à Abidjan à la faveur de la rencontre internationale « 360 Mobile – Afrique de l’Ouest ». L’objectif visé est de faire adopter les meilleures pratiques dans le secteur qui garantissent les dépôts des utilisateurs, assurent des services de qualité, fiables et sécurisés, et permettent de lutter contre le blanchissement des capitaux et le financement du terrorisme, a expliqué Nathan Naidoo, chargé des politiques et Plaidoyer sur le Mobile money au sein de GSMA.

La certification contribue à « améliorer la confiance et à responsabiliser les consommateurs afin qu’ils fassent des choix plus éclairés concernant leurs services financiers, encourage l’adoption de l’argent mobile, fait progresser l’inclusion financière (…) et encourage l’intégration de l’écosystème financier », a-t-il ajouté.

Sur ce dernier point, l’autre avantage du programme est de favoriser et faciliter les interactions avec le système bancaire. Une orientation adoptée par Orange qui veut se positionner dans un premier temps comme « un distributeur de services bancaires » en Afrique, son projet de banque étant encore « au stade de l’étude », a expliqué Patrick Roussel, directeur des services financiers mobiles pour l’Afrique et le Moyen-Orient chez Orange.

5 fournisseurs déjà certifiés

La certification est ouverte à tous les fournisseurs de mobile money, opérateurs de téléphonie mobile, banque ou tout autre type de prestataires d’argent mobile. Et cinq opérateurs ont décrochés leur certification : Orange Côte d’Ivoire, Safaricom (Kenya), Telenor Microfinance Bank Ltd. (Easypaisa Pakistan), Tigo Tanzanie (Millicom Group) et Vodacom Tanzania. Ces derniers, présents sur quatre marchés représentent 98 millions de comptes Mobile money.

Le programme, confié à un auditeur indépendant, s’articule autour de 8 principes qui intègrent au total près de 300 indicateurs à valider et qui propulsent les entités certifiées à « l’avant-garde du secteur » selon Nathan Naidoo.

« C’est un outil de benchmarking qui nous permet d’évaluer ce que nous faisons. Et nous pensons qu’il est important que les clients sachent que leur argent est en sécurité et que nous offrons un service client de niveau mondial », a réagi Angelina Peshua, directeur des Services financiers mobiles chez Milicom Tigo en Tanzanie.

Interopérabilité

Mais le défi à relever est d’amener l’ensemble des opérateurs de Mobile money à s’engager dans la démarche de certification. Une perspective qui va permettre de standardiser les pratiques et être un atout pour faciliter l’interopérabilité entre opérateurs au niveau des Etats.

La certification est attribuée pour une durée de trois ans. Pour cette période, les émetteurs de Mobile Money sont tenus de se conformer à l’ensemble de leurs engagements au regard des critères d’évaluation, quitte à se voir retirer le précieux sésame.

Jean-Mermoz Konandi

financialafrik

Aller en haut