Accueil / Développement / Une levée de fonds pour « Je parle le Bassa 2.0 » destiné à l’apprentissage des langues…

Une levée de fonds pour « Je parle le Bassa 2.0 » destiné à l’apprentissage des langues…

Une levée de fonds pour « Je parle le Bassa 2.0 » destiné à l’apprentissage des langues…

Une levée de fonds pour « Je parle le Bassa 2.0 » destiné à l’apprentissage des langues africaines

Une page Facebook ne suffit plus pour développer le projet « Je parle le Bassa 2 » lancé en décembre 2013 par Stéphie-Rose Nyot Nyot (photo), jeune française d’origine camerounaise. En 2 ans, la page a pu réunir quelques 6000 abonnés qui échangent et apprennent la langue bassa parlée au Cameroun.

En mars 2016, Stéphie-Rose Nyot Nyot a lancé une campagne de financement participatif (crowdfunding) qui court jusqu’au 18 mai prochain. Ladite campagne se déroule sur KissKissBankBank, une plateforme française de financement participatif. L’objectif est de lever 7000 euros pour développer le projet « Je parle le Bassa 2 ».

Pour aller au-delà d’une simple page Facebook, le projet veut se donner une plus grande visibilité internationale à travers la mise en place d’un site web en français et en anglais.

Une application mobile permettra aux utilisateurs d’apprendre le bassa en tout temps et en tout lieu. Il est aussi prévu de créer un réseau pour apprendre à parler d’autres langues camerounaises et africaines qui seront par la suite intégrées au site web. Des rencontres autour des langues seront aussi organisées.

Depuis le lancement du projet, la promotrice travaille avec ses parents qui ont une certaine maîtrise du bassa. Sur la base des échanges qui se déroulent sur la page Facebook, ces derniers proposent des corrections sous forme écrite et parlée qui sont proposées aux abonnées. Le projet va se développer en sollicitant d’autres expertises et en intégrant de nouveaux outils pédagogiques d’apprentissage.

Stéphie-Rose Nyot Nyot a commencé son projet alors qu’elle était étudiante en communication internationale. Elle s’est résolument engagée dans la préservation des langues africaines après avoir travaillé auprès de l’Unesco dans le programme Mémoire du Monde et le programme Education.

Assongmo Necdem
agenceecofin.com

Aller en haut