Accueil / Auto & Transports / Une nouvelle décision défavorable à Uber en Californie

Une nouvelle décision défavorable à Uber en Californie

Une nouvelle décision défavorable à Uber en Californie

L’agence publique californienne pour l’emploi vient de déclarer qu’un ancien chauffeur d’Uber était bien un employé et non un travailleur indépendant. Un nouveau revers pour la société.

Les chauffeurs d’Uber sont-ils des salariés de l’entreprise ou des travailleurs indépendants ? L’agence publique californienne pour l’emploi, qui avait à examiner le cas d’un ancien chauffeur de la société, vient de déclarer que ce dernier était bien un employé, indique Reuters. Une nouvelle décision qui s’ajoute aux multiples précédentes venant menacer le modèle économique d’Uber.

En particulier, le 2 septembre, un juge californien a autorisé des chauffeurs californiens travaillant pour Uber à mener une action de groupe . Lancée par trois chauffeurs de San Francisco, la procédure doit théoriquement profiter à tous ceux ayant travaillé pour Uber en Californie, et ce depuis 2009. Ils seraient 160.000 au total. Uber compte faire appel de cette décision qui l’empêcherait de traiter ses chauffeurs en sous-traitants. Et l’obligerait à leur accorder droits sociaux (retraites, maladies, etc.) et autres remboursements de frais. Un coût colossal en perspective.

Pas d’horaires de travail

En mars, un jugement prononcé par un tribunal de Californie avait estimé qu’Uber devait traiter ses chauffeurs comme des salariés. Uber avait fait appel, arguant qu’il n’impose aucun horaire de travail. Un point de vue contesté par les juges puisque la société désactive son application pour les chauffeurs n’ayant pas travaillé pendant 180 jours.

lesechos.fr

Aller en haut