Accueil / Finances / Unity Bank suspendue sur le Nigerian Stock Exchange…

Unity Bank suspendue sur le Nigerian Stock Exchange…

Unity Bank suspendue sur le Nigerian Stock Exchange…

Les actions du groupe financier Unity Bank plc font l’objet d’une suspension temporaire sur le Nigerian Stok Exchange dès ce lundi 13 avril 2014, avec effet depuis vendredi 10 avril 2015, et cela jusqu’à la fin de la semaine en cours, a-t-on appris d’un communiqué de l’administration de ce marché financier.

Cette suspension a été ordonnée afin de permettre à la banque, de mettre en application le plan de restructuration de son capital, qui devrait voir le nombre de ses actions passer de 116,9 milliards de titres à seulement 11,6 milliards. Si la capitalisation boursière ne va pas évoluer, le prix par action se trouvera fortement modifié, car il partira de 0,5 nairas à 5 nairas.

L’action menée par Unity Bank est connue sous la désignation de regroupement de titres, qui est différente et contraire au split de titre. Dans le cadre d’un regroupement d’actions, l’entreprise peut vouloir éviter d’atteindre le plancher en dessous duquel l’action ne peut plus être permise sur la cote d’un marché financier. L’autre objectif du regroupement d’actions peut aussi permettre de limiter la volatilité des cours sur les marchés.

Il faut dire que l’action Unity Bank a fortement reculé sur le Nigerian Stock Exchange, depuis sa dernière année de progression en 2010, perdant jusqu’à 54,17% en 2011, et 9,87% en 2012. Particulièrement bien implantée dans le nord du pays notamment dans les zones rurales, la banque n’aura certainement pas manqué d’être frappée par l’insécurité que pose le mouvement armé Boko Haram. En 2013, le titre a touché une nouvelle profondeur, avec un bénéfice avant impôt négatif de -33,6 milliards de nairas.

L’annonce d’une marge nette positive (10,7 milliards de nairas) en 2014, et la consolidation de ce bénéfice net positif au premier trimestre 2015 (3,7 milliards de nairas) a pu faire craindre des prises de bénéfices, notamment des investisseurs de court terme, ce qui pourrait donner lieu à une nouvelle volatilité, délicate pour le maintien de l’entreprise sur la cote du NSE.

Idriss Linge
agenceecofin.com

Aller en haut