Accueil / Auto & Transports / Usine Peugeot en Algérie : les raisons d’un report inattendu

Usine Peugeot en Algérie : les raisons d’un report inattendu

Usine Peugeot en Algérie : les raisons d’un report inattendu

Initialement prévue ce dimanche 10 avril lors du sommet Algérie-France, la signature de l’accord d’implantation de l’usine PSA Peugeot Citroën en Algérie a été reportée à une date ultérieure, a annoncé le ministre de l’Industrie et des Mines Abdeslam Bouchouareb à l’ouverture des travaux du sommet.

Le président du groupe Condor, Abdelmalek Benhamadi, l’un des partenaires algériens du projet, explique à TSA, les raisons de ce report inattendu. « Nous avons été contactés la veille de la tenue de ce sommet par le ministère de l’Industrie pour nous informer sur le report de la signature de l’accord », affirme-t-il. En effet, jusqu’à samedi matin, la signature de l’accord était toujours officiellement prévue.

« Le business plan du projet n’a pas été validé par le ministère de l’Industrie. Cette validation est préalable au passage du projet au niveau du CPE (Conseil des participations de l’État », détaille M. Benhamadi. « Au ministère de l’Industrie, on nous a expliqué que le projet est encore à l’étude et qu’ils n’ont pas le temps pour l’étudier », ajoute-t-il.

Le 22 décembre dernier, Abdeslam Bouchouareb affirmait que « le volet qui concerne le ministère a été finalisé ». Ce qui accrédite l’hypothèse d’un report politique lié aux tensions actuelles entre Alger et Paris. L’usine Peugeot était en effet le principal projet prévu à la signature lors de ce sommet.

Ali Idir
tsa-algerie.com

Aller en haut