mardi 22 septembre 2020
Accueil / International / Venezuela: pénurie d’essence pour la plus grande réserve de pétrole au monde

Venezuela: pénurie d’essence pour la plus grande réserve de pétrole au monde

Venezuela: pénurie d’essence pour la plus grande réserve de pétrole au monde

Le Venezuela est à court d’essence. Le prix du baril de pétrole est au plus bas, le pays détient les plus grandes réserves connues du monde et pourtant ses stations-services sont à sec. Si la très grave crise économique couplée à la crise mondiale du coronavirus y sont pour beaucoup, ce sont surtout les sanctions américaines qui empêchent les Vénézuéliens de faire le plein.

Comment un pays qui déborde de pétrole peut-il manquer d’essence ? Et bien parce que pétrole et essence ne sont pas forcément synonymes. Pour avoir de l’essence il faut pouvoir raffiner le pétrole brut extrait des réserves et c’est justement ce que n’arrive plus à faire le Venezuela.

Cela s’explique évidemment par la très grave crise économique que traverse le Venezuela depuis sept ans. Minée par la mauvaise gestion et la corruption, l’entreprise publique pétrolière PDVSA a vu sa production fondre et ses infrastructures se détériorer au fil des ans. De plus de trois millions de barils il y a dix ans, le pays n’en produit plus qu’environ 700 000 aujourd’hui. Et les fermetures successives de sites de raffineries ne permettent plus d’en traiter que 100 000 barils contre plus de un million auparavant, si tant est que le pays arrive à importer les produits nécessaires au processus.

Donc non seulement le Venezuela doit importer ces produits, mais il doit aussi importer de l’essence car la consommation des Vénézuéliens est bien supérieure à sa capacité actuelle de production. Et c’est de plus en plus difficile selon l’économiste Luis Vicente Leon, en particulier dans le contexte actuel. « Il y a d’abord les sanctions américaines qui compliquent pour le gouvernement la recherche de fournisseurs prêts à livrer de l’essence. Mais il y a aussi pour l’État, du fait de la pandémie, une crise de trésorerie qui l’empêche tout simplement de pouvoir payer ce combustible. »
Résultat : les stations-services sont vides et cela devrait durer puisque la baisse du cours du pétrole, plutôt qu’être une aubaine, réduit les recettes du Venezuela. Et les États-Unis, malgré un appel des Nations unies, ne semblent pas prêts à lever des sanctions qui visent notamment PDVSA depuis janvier 2019.

Coincé, le gouvernement de Nicolas Maduro n’a eu d’autre choix que de décréter un plan de rationnement de l’essence : alors que les files d’attente s’étendent sur des kilomètres, ce sont les militaires qui sont censés assurer la distribution aux secteurs essentiels de l’économie et de la santé.

rfi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut