Accueil / Finances / Vers la finalisation prochaine de l’acquisition par le sud-africain Sanlam du groupe marocain Saham Finances

Vers la finalisation prochaine de l’acquisition par le sud-africain Sanlam du groupe marocain Saham Finances

Vers la finalisation prochaine de l’acquisition par le sud-africain Sanlam du groupe marocain Saham Finances

L’offre d’acquisition par l’assureur sud-africain Sanlam des 53,4% de parts qu’elle ne possédait pas encore dans le groupe d’assurance marocain Saham Finance, aurait déjà reçu les approbations necessaires, apprend-on des informations issues de médias au fait des questions d’assurance dans le monde.

Pour l’instant l’une et l’autre partie prenante à cette acquisition évaluée à plus d’un milliard $, la plus importante jamais réalisé entre deux entités africaines, n’ont pas encore fait de commentaire ni confirmé cette nouvelle. Le temps pris par les autorités marocaines compétentes pour donner leurs avis, avaient suscité des questions autour d’un éventuel risque pesant sur la transaction. Des doutes très vites levés par les dirigeants de Saham.

Dans son rapport d’activités pour les 4 premiers mois de l’année en cours, le groupe sud-africain Sanlam a simplement indiqué que les choses évoluaient dans le bon sens, et que les approbations serait reçues au cours du deuxième semestre 2018. Des sources proches du processus pensent que tout cela sera finalisé avant la fin octobre.

Du côté de Sanlam, en tout cas, on se bouge résolument. Plusieurs personnes travaillant dans des filiales Saham, dans plusieurs pays, ont confirmé à l’Agence Ecofin que des processus d’adoption de nouvelles approches et méthodes de travail étaient en cours et qu’à leurs yeux le changement de groupe maison mère, ne souffrait plus d’aucun doute.

Sur le plan financier, Sanlam continue de travailler pour mobiliser les ressources en cash necessaire au financement de l’opération. Après une première émission d’actions au cours du premier semestre, elle prévoit de mobiliser d’autres financements par des emprunts de court terme, qui seront remboursés par une autre ouverture de 5% de capital.

Un défi cependant, c’est que le manque a combler risque d’être plus important, car l’assureur sud-africain avait pris une couverture de fluctuation de taux prévoyant 1 $ à 12,24 Rands (monnaie sud-africaine). Or avec le contexte international actuel, il se pourrait, selon des analyses concordantes, que le Rand achève l’année sur un taux de parité supérieur à 14 pour 1 $.

L’enjeu est toutefois de taille et vaut le sacrifice. Avec la prise de contrôle complète de Saham Finances, Sanlam met la main sur un portefeuille d’activités, dont le revenu dépasse les 1,2 milliard par an, avec une présence sur plusieurs marchés comme celui de la CIMA (pays francophones subsahariens) qui offrent désormais de grosses opportunités de croissance, tant dans l’assurance que la réassurance.

Idriss Linge

Aller en haut