Accueil / Développement / Vers un encadrement des prix du lait à l’échelle européenne ?

Vers un encadrement des prix du lait à l’échelle européenne ?

Vers un encadrement des prix du lait à l’échelle européenne ?

Un prix du lait fluctuant entre un minimum et un maximum, avec un système de réduction des quantités produites en cas de chute et de primes pour les agriculteurs. C’est ce que préconisent deux députés français dans un projet de résolution européenne. Ils s’inspirent d’un programme de l’association des producteurs laitiers européens.

Des députés français ont déposé mercredi un projet de résolution européenne mettant en place un outil de régulation des prix du lait, sans revenir au système des quotas. L’objectif affiché est de développer un système permettant de lutter contre la volatilité extrême des prix du lait, notamment depuis la suppression des quotas laitiers en 2015.

Les deux rapporteurs, Yves Daniel (PS) et Hervé Gaymard (LR), ont été inspirés par une proposition de l’association des producteurs laitiers européens ou European Milk Board. Cette association a créé le programme de responsabilisation face au marché (PRM) préconisant une régulation des prix du lait.

Réduction obligatoire si les prix du lait chutent de 25%

Cette association souhaite laisser fluctuer le prix du lait entre un minium et un maximum. Ainsi, le prix est contrôlé sans revenir au système des quotas. Trois seuils sont fixés. Une alerte rapide est effectuée si les prix chutent de 7,5% et le stockage privé est autorisé. Le secteur est en crise si les prix chutent de 15%. Un appel d’offre est alors lancer demander aux agriculteurs de diminuer la quantité produite. Ceux répondant à l’appel d’offre reçoivent une prime.

Enfin, si les prix chutent de 25% une réduction obligatoire de 2-3% de la quantité de lait produite sur une période à définir est demandée. “Les exploitations qui lorsque l’offre dépasse nettement la demande continuent malgré tout à augmenter leur production seront contraintes de verser une contribution de coresponsabilité en raison de leur comportement nocif pour le marché”, précise l’European Milk Board.

L’European Milk Board propose que ce fonds soit abondés par l’Etat, les pénalités prélevées auprès des producteurs ayant augmenté leur production et par les éleveurs. Selon l’European Milk Board, un tel système “permet d’éviter la chute des prix versés aux producteurs de lait” et “de surmonter rapidement la crise par l’engagement de moyens publics minimes”.

LÉNA COROT / usinenouvelle.com

Aller en haut