dimanche 25 août 2019
Accueil / Bourse / Vivendi star d’une séance qui a vu le Cac 40 craquer sur la toute fin

Vivendi star d’une séance qui a vu le Cac 40 craquer sur la toute fin

Vivendi star d’une séance qui a vu le Cac 40 craquer sur la toute fin

La Bourse de Paris a profité de la stabilisation du yuan face au dollar pour se reprendre durant la majeure partie de la journée. Mais elle a flanché en clôture. Vivendi a été dopé par les discussions en cours sur l’entrée de Tencent au capital d’Universal Music.

Après une chute de 5,68% en l’espace de deux séances, la Bourse de Paris a bien tenté de se reprendre mardi, profitant de la stabilisation du yuan, au centre des troubles de la journée de lundi. La Banque populaire de Chine (BPoC) est en effet intervenue tôt ce matin pour renforcer le yuan face au dollar, en ramenant le taux pivot de 6,9871 à 6,9683. Yi Gang, le gouverneur de la banque centrale chinoise, avait fait savoir, de son côté, que la Chine n’utilisera par sa devise comme une arme dans la guerre commerciale. De quoi effacer la baisse de près de 500 points du Dow Jones encore attendue ce mardi après un plongeon de 2,19% lundi, et permettre une ouverture en hausse des grands indices en Europe.

Mais le rebond initial s’est essoufflé outre-Atlantique, après, notamment, les propos de James Bullard dans une interview diffusée par l’agence Bloomberg selon lesquels le président de la Fed de St. Louis, qui était le premier à demander une baisse de 25 points de base des taux d’intérêt en juin, préfère désormais attendre de mesurer l’impact du mouvement de juillet avant de s’engager sur le calendrier d’une prochaine intervention.

En clôture, le Cac 40 termine ainsi en léger repli de 0,13%, à 5.234,65 points, non sans avoir gagné 1,06% au meilleur de la séance, dans un volume de 3,92 milliards d’euros. Vivendi s’est affichée en star du jour (+3,96%), en tête de l’indice tout au long de la séance et après avoir bondi de plus de 9% au plus fort de la matinée. Le groupe de médias a annoncé négocier la cession d’une participation de 10% du capital de sa filiale Universal Music Group (UMG) au chinois Tencent Holdings. Les discussions se font sur la base d’une valorisation d’UMG de 30 milliards d’euros, contre 25 milliards attendus en moyenne par le marché. D’où le bon accueil des investisseurs En cas d’accord, Tencent disposera pendant un an d’une option pour acquérir 10% supplémentaires.

Les grands du luxe profitent d’une note de Bernstein

C’est le seul vrai fait du jour au sein du Cac 40, à l’exception peut-être de la hausse assez marquée du secteur du luxe, LVMH en tête, grâce à Bernstein, qui a relevé son opinion sur le numéro un mondial de « performance en ligne » à « surperformance ». Le même intermédiaire est passé de « sous-performance » à « performance de marché » sur Air France-KLM, hors indice, le transporteur signant sa cinquième hausse d’affilée. Enfin, Goldman Sachs revoit de « neutre » à « achat » son avis sur le loueur automobile Europcar Mobility Group. A noter, à l’inverse, la baisse de Bonduelle, au SRD, au terme d’un exercice bien fade.

Ailleurs en Europe, le Dax termine, lui, en baisse plus marquée. Les commandes à l’industrie allemande ont certes rebondi de 2,5% en juin, soit leur meilleure performance depuis août 2017, alors que le marché tablait sur une hausse plus limitée de 0,5%. Mais le bond s’explique en très grande partie par des gros contrats signés à l’export. Le ministère de l’Economie, en présentant cette statistique, s’est d’ailleurs refusé à parler de tournant.

A New York, le Dow Jones se contente de grignoter 0,16% et le Nasdaq Composite 0,29%, au lendemain de la plus forte baisse de Wall Street cette année. On notera quand même la hausse de plus de 2% de Ford Motor, soutenu par Morgan Stanley, qui a relevé son opinion sur le titre de « pondération en ligne » à « surpondérer ». L’intermédiaire estime que les partenariats du groupe automobile et des modèles « plus centrés » devraient permettre une stabilisation des profits sur la période 2020-2022, alors qu’il anticipait un net ralentissement auparavant.

investir.lesechos

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut