samedi 05 décembre 2020
Accueil / Mines & Energies / Volkswagen veut participer au programme Autogas du gouvernement égyptien, mais pose ses conditions

Volkswagen veut participer au programme Autogas du gouvernement égyptien, mais pose ses conditions

Volkswagen veut participer au programme Autogas du gouvernement égyptien, mais pose ses conditions

Le constructeur allemand Volkswagen réclame des avantages fiscaux pour intégrer le programme « Autogas » du gouvernement égyptien, qui consiste à modifier les véhicules du parc automobile vers l’utilisation du gaz naturel et potentiellement, à en produire de nouveaux.

Le constructeur automobile Volkswagen demande des allègements fiscaux et la mise en place d’un système de géolocalisation fiable avant d’intégrer le projet « Autogas » du gouvernement égyptien, relatif à la production de véhicules au gaz naturel tels que des fourgons Crafter et des Caddy 5.

Ce projet va permettre de convertir environ deux millions de véhicules, pour les doter de moteurs à double combustion qui seront alimentés à la fois par de l’essence et du gaz naturel durant les trois prochaines années. Ainsi, les propriétaires de véhicules de plus de 20 ans pourront recevoir des prêts à faible taux d’intérêt par l’intermédiaire de l’Agence de développement des PME de l’Egypte, pour acheter un nouveau véhicule à double carburant. Quant aux propriétaires possédant des voitures plus récentes, ils bénéficieront d’un financement à taux zéro pour les équiper de nouveaux moteurs.

Par ailleurs, le gouvernement indique que l’obtention du permis de conduire sur le territoire sera désormais conditionnée à l’installation effective de moteurs au gaz naturel dans les véhicules.

Volkswagen explique qu’il fera venir du personnel étranger pour travailler sur les chaînes de montage au niveau local, dès qu’il obtiendra l’aval de l’Etat égyptien pour ce qui concerne la facilité vis-à-vis des impôts qu’il demande.

Le programme va permettre au pays de réduire ses émissions de CO2, mais aussi ses achats de produits pétroliers importés, voire y tourner le dos. Le pays pourrait à terme, se contenter de sa production locale de produits pétroliers et avec les développements en cours envisager d’en exporter par la suite.

L’Egypte devrait acquérir une influence significative à long terme sur le marché régional du gaz au cours des prochaines années grâce à une production en plein essor et ses nombreux projets de transformation du combustible.

agenceecofin

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut