Accueil / Bourse / Wall Street baisse un peu, sans s’affoler après le référendum grec

Wall Street baisse un peu, sans s’affoler après le référendum grec

Wall Street baisse un peu, sans s’affoler après le référendum grec

Wall Street baissait un peu lundi à la mi-séance, faisant preuve de prudence sans pour autant paniquer au lendemain du rejet par référendum des demandes des créanciers de la Grèce: le Dow Jones perdait 0,26% et le Nasdaq 0,33%.

Vers 15H55 GMT, l’indice vedette Dow Jones Industrial Average cédait 46,60 points à 17.683,51 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 16,29 points à 4.992,92 points.

Très surveillé par les investisseurs, l’indice élargi S&P 500 reculait de 0,26%, soit 5,40 points, à 2.071,38 points.

Même si Wall Street semble réagir par la négative à la victoire du non en Grèce, dont les électeurs ont massivement rejeté dimanche les demandes de réformes des créanciers internationaux, ses mouvements sont très mesurés par rapport aux places européennes.

“Personnellement, je suis assez surpris”, a reconnu Sam Stovall, de S&P’s Capital IQ, le Dow Jones s’étant même très brièvement orienté dans le vert en début de séance, alors qu’en Europe, l’Eurostoxx 50 perdait plus de 2%.

“Soit le marché américain avait déjà assimilé la perspective d’une victoire du non, et même d’une sortie” de l’euro par Athènes, “soit l’on se dit que, quoi qu’il arrive en Grèce, cela n’aura pas d’effet négatif sur la croissance américaine”, a jugé M. Stovall.

Pour le moment, la situation reste particulièrement incertaine, l’Allemagne ayant douché l’espoir du Premier ministre grec, Alexis Tsipras, de conclure rapidement un accord, tandis que le Fonds monétaire international (FMI), l’un des créanciers du pays avec l’Union européenne (UE) s’est dit prêt à aider à Athènes “si on lui en fait la demande”.

Pour les analystes de Briefing, les investisseurs continuent à croire que “les mauvaises nouvelles représentent toujours une occasion de passer à l’achat, dans l’idée que les autorités internationales prendront les mesures nécessaires pour soutenir les marchés internationaux”.

“Néanmoins, c’est risqué de se montrer trop affirmatif quant à la capacité des gouvernements européens de gérer la crise grecque”, ont-il prévenu. “Désormais, il y a un risque important que l’Espagne et d’autres pays, éperonnés par l’indéniable colère exprimée par le vote grec, fassent l’expérience d’un mécontentement populaire face aux mesures d’austérité.”

- Weight Watchers bondit -

Dans ce contexte dominé par l’international, le marché américain a tout de même pris le temps de digérer un chiffre “plutôt bon”, selon les termes de M. Stovall, sur l’économie des Etats-Unis, où l’activité a légèrement accéléré dans les services en juin.

Pour les valeurs, le groupe d’assurance-santé américain Aetna baissait de 5,92% à 118,08 dollars après l’annonce du rachat de son concurrent américain Humana pour 37 milliards de dollars pour créer un géant du secteur. Humana gagnait 2,39% à 191,98 dollars.

Weight Watchers, spécialiste de la perte de poids, bondissait de 17,36% à 4,80 dollars après un article du New York Post selon lequel un fonds activiste souhaiterait acquérir une part majoritaire du groupe en difficulté. La valeur de son titre a été divisée par cinq depuis le début de l’année à Wall Street.

Le constructeur de motos Harley Davidson prenait 1,07% à 56,63 dollars, après la publication d’une analyste optimiste du magazine Barron sur les perspectives boursières de son action.

Le marché obligataire montait, le rendement des bons du Trésor à dix ans baissant à 2,326% contre 2,381% jeudi soir, dernier jour d’échanges la semaine précédente aux Etats-Unis, et celui des bons à 30 ans à 3,120% contre 3,189% auparavant.

1. Nasdaq
2. Nyse

AFP/information.tv5monde.com

Aller en haut