Accueil / Bourse / Wall Street ferme en baisse jeudi après avoir tutoyé les sommets

Wall Street ferme en baisse jeudi après avoir tutoyé les sommets

Wall Street ferme en baisse jeudi après avoir tutoyé les sommets

Wall Street a baissé jeudi, reprenant son souffle après s’être approchée de niveaux historiquement élevés, d’autant qu’une riche actualité économique poussait les investisseurs à rester en retrait: le Dow Jones a perdu 0,63% et le Nasdaq 0,05%.

Selon des résultats définitifs, l’indice vedette Dow Jones Industrial Average, qui montait systématiquement depuis le week-end, a cédé 113,75 points à 17.982,52 points et le Nasdaq, à dominante technologique, 2,24 points à 4.945,89 points.

L’indice élargi S&P 500, particulièrement surveillé par les investisseurs, a reculé de 10,92 points, soit 0,52%, à 2.091,48 points.

“Ca n’a rien de très dramatique”, a estimé Michael James, de Wedbush Securities. “La Bourse a enregistré une performance plutôt impressionnante, donc on assiste à une vague de prises de bénéfices, en particulier dans les secteurs les plus en formes” comme l’énergie et les banques.

Après un très mauvais début d’année sur les marchés mondiaux, Wall Street a massivement rebondi, dans une plus grande mesure que ses homologues asiatiques et européennes, et le Dow Jones se trouve désormais à portée de son record de clôture, battu en mai 2015.

Dans ce contexte, qui sème déjà de nombreux doutes sur la capacité des indices à se maintenir à de tels niveaux, la prudence des investisseurs a été accentuée par “de nombreuses actualités”, a souligné David Levy, de Republic Wealth Advisors.

“C’est pour le moment la séance avec le plus de résultats d’entreprises de ce trimestre, il y a eu une réunion de la BCE et les prix du pétrole restent une forte influence sur l’ensemble de la Bourse”, a-t-il énuméré. “Ces trois forces se combinent pour dresser un contexte mitigé.”

Les cours du pétrole se sont repliés après deux jours de forte hausse, la BCE a maintenu en l’état son soutien à l’économie mais a renvoyé la balle aux gouvernements pour la suite, tandis que les résultats des entreprises américaines restent en majorité peu engageants par eux-mêmes mais meilleurs que des attentes très pessimistes.

“Les marchés sont en train d’essayer de digérer toutes ces informations et de décider s’ils sont en mesure ou non de se relancer jusqu’au records de l’an dernier”, a conclu M. Levy.

- Verizon baisse -

Parmi les résultats du Dow Jones, Travelers, géant de l’assurance, a perdu 6,05% à 108,79 dollars après une nette baisse de son bénéfice trimestriel, qu’il a mise sur le compte des tempêtes de mars au Texas.

L’opérateur téléphonique Verizon a perdu 3,32% à 50,03 dollars après avoir fait part de résultats trimestriels mitigés et a prévenu que ceux de la période actuelle pourraient souffrir des conséquences de conflits sociaux.

L’émetteur de cartes bancaires American Express (AmEx), qui a pour la première fois depuis 2014 annoncé mercredi une croissance de son chiffre d’affaires, a pris 0,91% à 65,61 dollars.

Hors de l’indice vedette, le fabricant de jouets Mattel, qui commercialise notamment la célèbre poupée Barbie, a baissé de 5,78% à 31,13 dollars après un recul des résultats trimestriels face à la force du dollar.

Le groupe de transport United Continental, maison mère de la compagnie aérienne United Airlines, a chuté de 9,97% à 52,76 dollars après avoir dit envisager de limiter la hausse prévue de ses vols en 2016 dans le sillage de résultats trimestriels mitigés.

Le constructeur automobile General Motors (GM), qui a plus que doublé ses bénéfices au premier trimestre et est notamment revenu à l’équilibre en Europe, a gagné 1,46% à 32,66 dollars.

L’équipementier sportif Under Armour, qui a annoncé un bond de ses ventes trimestrielles et a relevé ses prévisions pour l’année, a bondi de 6,78% à 46,93 dollars.

A part les résultats du jour, le spécialiste américain de l’énergie renouvelable SunEdison a vu sa cotation suspendue après son dépôt de bilan. Depuis l’été dernier, le titre, alors à une trentaine de dollars, a perdu l’essentiel de sa valeur pour finir à 34 cents face aux retards accumulés sur de nombreux projets et une enquête sur ses pratiques comptables.

Le marché obligataire reculait. Vers 20H20 GMT, le rendement des bons du Trésor à dix ans montait à 1,867% contre 1,841% mardi soir, et celui des bons à 30 ans à 2,691% contre 2,656% précédemment.

NasdaqNyse

lexpansion.lexpress.fr

Aller en haut