Accueil / Bourse / Wall Street finit en légère hausse, avant l’emploi aux Etats-Unis

Wall Street finit en légère hausse, avant l’emploi aux Etats-Unis

Wall Street finit en légère hausse, avant l’emploi aux Etats-Unis

Wall Street est légèrement monté jeudi, négligeant une riche actualité économique internationale pour jouer la prudence à la veille de chiffres mensuels sur l’emploi américain: le Dow Jones a pris 0,27% et le Nasdaq 0,39%.

Selon des résultats provisoires à la clôture, l’indice vedette Dow Jones Industrial Average a gagné 48,89 points à 17.838,56 points et le Nasdaq, à dominante technologique, 19,11 points à 4.971,36 points. L’indice élargi S&P 500 a avancé de 5,93 points, soit 0,28%, à 2.105,26 points.

“On temporise avant les chiffres importants de demain sur l’emploi”, a résumé Art Hogan, de Wunderlich Securities. “Je pense que personne ne fait de pari risqué.”

Le gouvernement américain publiera vendredi son rapport mensuel sur l’emploi américain et, même s’il est toujours très attendu, les investisseurs y prêteront une attention particulière au moment où la Réserve fédérale (Fed) agite le spectre d’un resserrement monétaire dès juin.

“J’ai l’impression que tout le monde (serait parti) en week-end dès le début d’après-midi, s’il n’y avait pas les chiffres de l’emploi demain”, a ironisé Mace Blicksilver, de Marblehead Asset Management, face au manque d’action à Wall Street.

Pourtant, les investisseurs ont déjà pris connaissance jeudi d’éléments sur l’emploi américain et ils se sont avérés plutôt engageants, avec une baisse des inscriptions hebdomadaires au chômage et, surtout, une hausse des embauches dans le secteur privé en mai, selon les estimations du groupe ADP.

“En ce qui concerne les statistisques économiques, elles étaient plutôt conformes aux attentes”, a relativisé M. Hogan, pour qui Wall Street a surtout évolué de façon “étroitement liée” aux cours du pétrole.

Le marché de l’or noir a fini dans le vert, aidé par des chiffres meilleurs que prévu sur l’état de l’offre américaine, alors qu’il avait connu un début de séance déprimé face à l’inaction de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), réuni à Vienne, face à la surabondance mondiale.

L’absence d’avancée de la part de l’Opep n’a cependant guère surpris les investisseurs, de même qu’ils n’ont pas beaucoup réagi à l’absence prévisible de nouvelles mesures de la Banque centrale européenne (BCE), à l’issue d’une réunion de politique monétaire jeudi.

“Il y a de quoi être perplexe: la Bourse est-elle en forme ou non ‘”, a conclu M. Blicksilver, pour qui Wall Street est simplement “déjà en vacances”.

- Johnson & Johnson monte -

Parmi les valeurs, l’éditeur de logiciels Oracle a baissé de 3,97% à 38,66 dollars, après la plainte d’une ex-comptable qui affirme avoir subi des pressions pour surévaluer les ventes du groupe.

Box, spécialiste du stockage de fichiers en ligne, a chuté de 11,48% à 11,34 dollars, certains éléments de ses résultats trimestriels étant jugés peu engageants pour l’avenir même s’il a réduit sa perte nette.

L’équipementier télécoms Ciena a bondi de 12,78% à 20,03 dollars avoir annoncé une hausse des ses ventes trimestrielles et fait état d’un bénéfice net jugé supérieur aux attentes, malgré une nette baisse.

Dans la distribution, L Brands, notamment propriétaire de la marque de lingerie Victoria’s Secret, a gagné 4,27% à 71,33 dollars après avoir réussi à maintenir le niveau de ses ventes comparables en mai.

Joy Global, spécialiste des équipements miniers, s’est envolé de 21,92% à 20,36 dollars après avoir rassuré par la résistance de ses commandes même si elles ont baissé au dernier trimestre, dans un contexte défavorable aux matières premières.

Johnson & Johnson, géant des produits pharmaceutiques et d’hygiène, a gagné 1,52% à 114,49 dollars après l’annonce de l’achat pour plus de trois milliards de dollars du fabricant de cosmétiques Vogue, qui n’est pas coté.

Le marché obligataire avançait. Vers 20H30 GMT, le rendement des bons du Trésor à 10 ans baissait à 1,800%, contre 1,840% mercredi soir, et celui des bons à 30 ans à 2,577%, contre 2,620% précédemment.

NasdaqNyse

lexpansion.lexpress.fr

Aller en haut