Accueil / Bourse / Wall Street finit hésitante, lestée par la Fed

Wall Street finit hésitante, lestée par la Fed

Wall Street finit hésitante, lestée par la Fed

Wall Street a fini incertaine mercredi après qu’un document de la Réserve fédérale (Fed) a accentué la prudence générale en laissant la porte ouverte à un resserrement monétaire plus rapide qu’attendu: le Dow Jones a perdu 0,02%, le Nasdaq a gagné 0,50%.

Selon des résultats définitifs, l’indice vedette Dow Jones Industrial Average a cédé 3,36 points à 17.526,62 points alors que le Nasdaq, à dominante technologique, a pris 23,39 points à 4.739,12 points. L’indice élargi SandP 500 a avancé de 0,42 point, soit 0,02%, à 2.047,63 points.

Wall Street s’est inclinée après la publication en deuxième partie de séance du compte-rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la Fed, dont le contenu montre que les responsables de la banque centrale n’excluent pas une hausse des taux dès juin.

«Ca ne veut pas dire que la Fed va faire quoi que ce soit, mais elle a très peur que le marché ne soit pas aligné sur ses objectifs», a estimé Gregori Volokhine, de Meeschaert Financial Services. «Et sa volonté exprimée, c’est deux hausses de taux d’ici la fin de l’année. Donc en préparant le terrain pour quelque chose qui n’arrivera peut-être pas, elle enlève le risque de surprise».

Wall Street ne s’est d’ailleurs pas affolée, se contentant de ralentir après un début de séance hésitant, d’autant que plusieurs responsables de la Fed avaient déjà préparé le terrain cette semaine en évoquant l’éventualité d’une rapide hausse des taux.

«La Bourse est en train de chercher un élément qui pourrait la conduire plus haut», a résumé Sam Stovall, de Standard and Poor’s Global Intelligence, remarquant que les indices s’étaient récemment repliés chaque fois qu’ils avaient atteint un niveau élevé par rapport aux bénéfices des entreprises.

«Ce n’est pas le fait que la Fed monte ses taux ou non qui permettra au marché d’avancer», a-t-il conclu. «Il va falloir que les entreprises améliorent leurs prévisions de bénéfices».

- Target plonge -

Parmi les valeurs, les banques ont fortement monté, comme JPMorgan (+3,86% à 64,04 dollars), Bank of America (+4,85% à 14,69 dollars) ou Goldman Sachs (+3,42% à 159,94 dollars) car l’idée d’une hausse des taux d’intérêt favorise le secteur financier par contraste avec l’ensemble du marché.

La chaîne de supermarchés Target a plombé le secteur de la distribution en perdant 7,62% à 68,00 dollars après avoir fait état d’une baisse de son chiffre d’affaires et des bénéfices trimestriels, et dit s’attendre à une stagnation ou un recul de ses ventes comparables pour les trois mois en cours.

Toujours dans la distribution, le vendeur d’articles de bureau Staples, récemment plombé en Bourse par l’échec de sa fusion avec Office Depot (+3,85% à 3,51 dollars), a reculé de 0,48% à 8,24 dollars après avoir annoncé une baisse de ses ventes trimestrielles qui n’a guère pris de court les investisseurs.

Egalement dans le secteur, Lowe’s, spécialiste de l’aménagement, a gagné 3,33% à 78,60 dollars après l’annonce d’un bond de son bénéfice net trimestriel.

Parmi les autres valeurs, le groupe agricole Andersons s’est envolé de 23,63% à 32,07 dollars après avoir fait état d’une offre d’achat du fonds HC2, (+1,50% à 4,05 dollars), et précisé l’avoir refusée.

Le groupe alimentaire Hormel Foods a reculé de 8,56% à 35,48 dollars sans convaincre par un relèvement de ses prévisions annuelles.

Le marché obligataire reculait nettement. Vers 21H30 GMT, le rendement des bons du Trésor à dix ans montait à 1,853% contre 1,764% mardi soir, et celui des bons à 30 ans à 2,659% contre 2,592% auparavant.

Nasdaq Nyse

afp/20minutes.fr

Aller en haut