Accueil / Bourse / Wall Street, portée par la Grèce, vers une ouverture en hausse

Wall Street, portée par la Grèce, vers une ouverture en hausse

Wall Street, portée par la Grèce, vers une ouverture en hausse

La Bourse de New York se dirigeait lundi vers un début de séance en nette hausse, portée comme ses homologues européennes par l’espoir d’un accord sur la Grèce.

Vers 14H00 GMT (12H00 à Paris) lors des échanges électroniques, le contrat à terme sur l’indice Dow Jones Industrial Average, qui donne une indication sur son évolution future, avançait de 0,70%, celui sur le S&P 500 de 0,76% et celui sur le Nasdaq de 0,85%.

Wall Street avait terminé la séance de vendredi sur un petit recul, se laissant visiblement gagner par les inquiétudes entourant le dossier de la dette grecque.

Mais lundi les contrats à terme “sont en forte hausse dans l’espoir d’une solution (provisoire ?) sur le dossier grec et après l’augmentation du plafond de financement et d’aide d’urgence (ELA) des banques grecques”, remarque John Plassard de Mirabaud Securities.

Après cinq mois de négociations dans l’impasse, les principaux acteurs de la crise grecque se retrouvent en effet lundi pour deux réunions, l’une des ministres des Finances de la zone euro, qui sera suivie par un sommet de la zone euro en début de soirée.

La Grèce est à une dizaine de jours d’échéances financières cruciales qu’Athènes n’a plus les moyens d’honorer. Un défaut de paiement risquerait d’entraîner la sortie du pays de la zone euro, une éventualité que tous les participants disent vouloir éviter.

Plusieurs ministres des Finances de la zone euro ont toutefois déjà prévenu que les chances d’aboutir à un accord étaient maigres.

Du côté des Etats-Unis, les investisseurs surveilleront les chiffres sur les ventes de maisons anciennes.

Parmi les valeurs du jour figure le groupe d’assurance-santé Cigna, qui grimpait de 7,56% dans les échanges électroniques. Il a rejeté dimanche la nouvelle offre de rachat de son concurrent et compatriote Anthem, qui propose une opération évaluée au total à 53,8 milliards de dollars, dette comprise, la jugeant “inadéquate” et “profondément décevante”.

Le groupe spécialisé dans le transport de gaz naturel Williams profitait aussi (+29,63%) du rejet d’une offre de rachat d’ampleur, celle de Energy Transfer Equity (+2,52%) pour 53,1 milliards de dollars, dette comprise.

lepoint.fr

Aller en haut