Accueil / International / Washington accélère la normalisation de sa politique monétaire

Washington accélère la normalisation de sa politique monétaire

Washington accélère la normalisation de sa politique monétaire

La Réserve fédérale américaine a augmenté d’un quart de point, mercredi, ses taux directeurs (0,75% à 1%). Plutôt optimiste sur la croissance et l’emploi, elle anticipe deux hausses supplémentaires cette année.

Europe et Amérique ont fait le choix de diverger sur leur trajectoire monétaire : alors que la Banque centrale européenne maintient des taux directeurs exceptionnellement bas (0% pour le principal), la Réservé fédérale américaine s’est clairement engagée, mercredi, sur la voie de la normalisation. « En l’absence de nouveaux développements susceptibles de dégrader l’environnement économique, le processus de normalisation ne sera sans doute pas aussi lent qu’en 2015 et 2016 », a indiqué la patronne de la Fed Janet Yellen dans son communiqué.

Deux hausses supplémentaires sont envisagées cette année

Elle a annoncé une hausse d’un quart de point des taux directeurs (0,75% à 1%). Les marchés n’ont pas été surpris de la nouvelle, qui leur avait été annoncée de manière implicite il y a une dizaine de jours . Deux hausses supplémentaires sont envisagées cette année, ce qui porterait les taux dans une fourchette de 1,25% à 1,50% à la fin décembre. Cette trajectoire n’est pas gravée dans le marbre : il s’agit des « paris » que font les responsables de la Fed à l’issue de chaque comité monétaire, les quatre hausses représentant la médiane de leurs projections. Ceux-ci font également le pari de voir les taux directeurs atteindre le niveau de 3% à la fin 2019. C’est légèrement plus que ce qu’ils anticipaient l’an dernier.

Les prévisions de croissance éloignées de celles de Trump

Deux mois après l’investiture de Donald Trump, les marchés étaient surtout curieux de savoir quel tableau Janet Yellen dressait du pays. Le communiqué de presse publié mercredi soir les a certainement déçus, les projections économiques étant pratiquement identiques à celles présentées en décembre dernier . La Réserve fédérale s’attend ainsi à une croissance de 2,1%, pour cette année comme pour l’année prochaine -loin des 3% à 4% sur lequel table Donald Trump pour financer son programme. L’inflation se situerait à 1,9% à la fin décembre et le chômage à 4,5%.

Prudence sur la scène internationale

La prudence reste de mise sur la scène internationale. L’élection en France, l’exécution du Brexit et les problèmes budgétaires de la Grèce sont autant d’événements susceptibles de fragiliser l’Europe -le principal partenaire commercial des Etats-Unis. La Fed attend également de voir le détail des baisses d’impôts promises par Donald Trump, ainsi que son grand plan d’infrastructures. Celui-ci pourrait faire exploser l’inflation, ce qui encouragerait la Fed à accélérer encore la hausse de ses taux directeurs -ceux-ci permettant de « refroidir » la machine.

Les grands patrons se sont accommodés du nouveau président

La Réserve fédérale ne peut pas être totalement indifférente, non plus, au moral des entrepreneurs et des acteurs boursiers. « Leur optimisme affecte les conditions dans lesquelles se finance l’économie », remarque Randall Kroszner, un ancien gouverneur de la Banque centrale.

Très critiques sur la candidature de Donald Trump pendant la campagne, les grands patrons semblent ainsi s’être parfaitement accommodés de son arrivée à la Maison Blanche. L’indice de confiance n’a jamais autant augmenté depuis huit ans, vient de révéler le « Business Roundatable», un lobby représentant 200 grandes entreprises américaines. La perspective de voir les impôts baisser et certains secteurs déréglementés (banques, environnement, etc.) a tout pour les réjouir. Ils ne semblent pas douter de la capacité de Donald Trump à imposer ses réformes – y compris les très contestées réformes de l’assurance-santé et de la fiscalité. « Nous ne pensons pas que les espoirs du patronat seront déçus », résume Joshua Bolten, directeur du « Business Roundtable ».

 

Lucie Robequain
lesechos

Aller en haut