mercredi 21 octobre 2020
Accueil / Non classé / [WEBLIVE] : Créer sa startup en Afrique à partir des données marines

[WEBLIVE] : Créer sa startup en Afrique à partir des données marines

[WEBLIVE]  : Créer sa startup en Afrique à partir des données marines
Les applications maritimes sur mobiles issues de l’observation de la Terre : de nouvelles opportunités pour les entrepreneurs africains.

Le weblive organisé le 16 septembre 2020 par GMES, and Africa et Mercator Ocean International, via le site et les RS de La Tribune Afrique, reviendra sur les opportunités que représentent les applications maritimes sur mobiles basées sur les données d’observation de la Terre (OT) et notamment depuis l’Espace pour les entrepreneurs africains.

Pêche, énergies renouvelables, transport maritime, biotechnologies, réponses à l’érosion côtière, cartographie des habitats et des espèces vulnérables comme les mangroves et les coraux, (…) la nouvelle « économie bleue » offre des perspectives innombrables de nouvelles applications dans le monde et en particulier en Afrique qui compte 47 000 km de côtes et dont 12 Mio de personnes sont employées dans le seul secteur de la pêche. Cette nouvelle économie est adressée par le programme Copernicus de l’UE (anciennement nommé GMES), mis en œuvre, notamment, par l’Agence spatiale européenne (ESA), l’Organisation européenne pour l’exploitation de satellites météorologiques (EUMETSAT), et Mercator Océan International. Ce service marin offre aujourd’hui un accès gratuit à des données d’observation et de modélisation océanique qui peuvent nourrir des outils d’aide à la décision développés sur le web ou sur des smartphones par le secteur privé, ou en support de la gestion de l’environnement et des ressources naturelles, ainsi que le suivi des opérations humanitaires en Afrique.

En 2015, le programme spatial Copernicus, encore appelé GMES s’ouvre au Continent africain et donne naissance à « GMES, and Africa». « L’initiative GMES, and Africa, vise à établir une continuité dans le cadre d’une approche plus durable en s’appuyant sur l’infrastructure et les capacités établies par les projets précédents tels que PUMA (Préparation à l’utilisation des données Meteosat seconde génération en Afrique), AMESD (Surveillance de l’environnement pour un développement durable en Afrique) et MESA (Surveillance de l’environnement et de la sécurité en Afrique) », explique une note conjointe de l’Union européenne et l’Union africaine. Le Projet est financé conjointement par l’Union Européenne dans le cadre du programme d’action annuel 2015 du Programme panafricain, et par l’Union Africaine.

Des données pour la prise de décision stratégique

Le 16 septembre 2020 sur les sites et Réseaux de La Tribune Afrique, GMES, and Africa, et Mercator Océan International, le champion européen de la prévision océanique qui pilote le Copernicus Marine Service, organiseront un weblive sur les opportunités et le potentiel que peuvent représenter aujourd’hui les applications maritimes mobiles basées sur les données d’observation de la Terre (OT) pour les entrepreneurs africains et les jeunes startuppers.

Parmi les objectifs de ce live inédit, les intervenants détailleront le rôle du programme GMES, and Africa, et de sa composante panafricaine ; illustreront ces potentiels par des exemples concrets d’applications sur la téléphonie mobile.

Le mot d’ouverture du weblive sera assuré par Son Excellence le Professeur Sarah Anyang Agbor, Commissaire aux ressources humaines, à la science et à la technologie (HRST) à la Commission de l’Union africaine.

Le panel des intervenants a été choisi avec soin pour présenter concrètement les opportunités de développement mais aussi pour répondre aux questions des participants.

– Le Docteur Mahama OUEDRAOGO, directeur du département des ressources humaines, sciences et technologies, à la Commission de l’Union africaine ;

– Monsieur Pierre Bahurel, directeur général de Mercator Ocean International ;

– Le Docteur Tidiane Ouattara, expert en sciences spatiales et coordinateur du GMES et du programme de soutien à l’Afrique, Division des sciences et des technologies, Département des ressources humaines, des sciences et des technologies, Commission de l’Union africaine ;

– Le Professeur Georges Wiafe, directeur du Centre des ressources marines à l’Université du Ghana et le chef du projet GMES, and Africa, pour les zones marines et côtières en Afrique de l’Ouest ;

– Le Docteur Issa Maman-Sani, directeur du département des garanties environnementales et sociales et de la conformité à la Banque africaine de développement ;

– Monsieur Arnauld Blondet, VP Directeur Innovation, Orange Afrique & Moyen Orient ;

– Le Docteur Michael Soli, co-fondateur et directeur général de Polymorph Labs Ghana Limited.

afrique.latribune

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut