samedi 16 février 2019

Accueil / International / WEF 2017: New York et l’Asie devraient récupérer les banques quittant Londres

WEF 2017: New York et l’Asie devraient récupérer les banques quittant Londres

WEF 2017: New York et l’Asie devraient récupérer les banques quittant Londres

Davos – Les places financières de New York et en Asie devraient récupérer in fine les banques qui vont quitter Londres, et non pas les centres financiers européens, a prédit jeudi à Davos Sadiq Khan, le maire de Londres.

Dans un entretien à l’AFP, peu après le discours de la Première ministre britannique, Theresa May, devant le Forum économique de Davos, Sadiq Khan a indiqué que la chef du gouvernement britannique devrait insister dans ses négociations sur le Brexit sur « un accès privilégie » au secteur du négoce et obtenir la possibilité d’embaucher des talents venant de l’étranger.

M. Khan a aussi dit que « le soi-disant Brexit dur n’allait pas bénéficier à Londres ou au Royaume-Uni, car les entreprises vont quitter Londres, mais qu’il n’y a aucune garantie qu’elles vont aller à Paris, Madrid, Francfort, ou Berlin ».

« La réalité est qu’elles vont sans doute aller à Hong Kong, Singapour ou New York, ainsi un soi-disant Brexit dur pourrait devenir une situation perdante pour Londres et le Royaume-Uni et une perte pour l’UE également », a-t-il dit.

Pour l’instant cependant, les rivaux européens à Londres sont en tête des futurs gagnants.

La banque américaine Goldman Sachs va déplacer 1.000 personnes de Londres à Francfort, ce qui va réduire de moitié ses effectifs à Londres, a indiqué jeudi le journal allemand Handelsblatt.

La banque britannique HSBC a confirmé mercredi que 1.000 emplois dans sa banque d’investissement allaient être déplacés de Londres à Paris.

Cette annonce est intervenue un jour après que Mme May ait annoncé que le Royaume-Uni allait sortir du marché commun européen, dans le cadre du processus Brexit.

Les banques internationales ayant une base européenne à Londres risquent de perdre leurs droits de faire des affaires avec les 27 états membres restants de l’UE une fois que le Royaume-Uni aura quitté l’UE, étant donné que les sociétés financières basées à Londres pourraient ne plus bénéficier d’un « passeport » pour négocier avec les états-membres de l’UE.

Enfin, M. Khan a qualifié de « bonne nouvelle » le fait que Mme May soit venue à Davos avec ses ministres des Finances et du Commerce pour discuter avec le monde des affaires.

Selon lui, « Londres a été ouvert au commerce, aux gens et aux idées depuis plus de 1.000 ans, cela ne va pas changer ».

zonebourse

Aller en haut