Accueil / Tic & Telecoms / WhatsApp convoite le marché des paiements en Inde

WhatsApp convoite le marché des paiements en Inde

WhatsApp convoite le marché des paiements en Inde

La filiale de Facebook veut tirer profit de ses 200 millions d’utilisateurs sur le marché prometteur du paiement mobile en Inde.

Un nouveau concurrent de taille affiche l’ambition de profiter de la montée en puissance des paiements dématérialisés en Inde. WhatsApp, dont le propriétaire n’est autre que Facebook, s’apprêterait à lancer d’ici les six prochains mois, sur le sous-continent, un service de paiement via sa messagerie, selon le site en ligne The Kent. En février, Brian Acton, le co-fondateur du groupe, avait d’ailleurs confirmé auprès de Times of India son intérêt pour le secteur.

Un timing idéal

Pour le géant américain, le timing semble idéal. Tout d’abord, le secteur est en pleine ébullition depuis la démonétisation lancée par le gouvernement en novembre dernier . A cette occasion, les autorités ont amorcé un large programme visant à faire basculer l’Inde, très dépendante au « cash », vers les paiements dématérialisés.

Ensuite, WhatsApp est très populaire en Inde. En février, le groupe qui compte 1,2 milliards d’utilisateurs actifs dans le monde, a d’ailleurs passé le cap des 200 millions sur ce seul pays, son premier marché. Enfin, ce modèle de paiement via messagerie a déjà été expérimenté en Chine où les succès de WePay sont liés à l’utilisation du service de chat WeChat.

Alibaba contre Facebook

L’arrivée d’un tel mastodonte, si elle se produit, risque de rebattre les cartes d’ un marché pour l’heure dominé par Paytm . Première entreprise de porte-monnaie électronique, cette dernière compte à son tour de table le géant du e-commerce chinois, Alibaba, et revendique plus de 200 millions d’utilisateurs en Inde.

« Ce qui est vraiment intéressant c’est de voir l’Inde devenir un terrain de confrontation entre les géants de l’internet américains et chinois. La fermeture du marché chinois rend cette confrontation impossible en Chine, explique Patrick Lecomte, directeur adjoint des centres d’excellence de l’ESSEC Asie-Pacifique. L’Inde par la taille de son marché domestique et son taux de pénétration de l’Internet et des smart phones est le candidat idéal ».

Quel modus operandi ?

Quel serait le modus operandi de WhatsApp? Le groupe étudierait plusieurs alternatives au rang desquelles celle de l’Unified Payments Interface (UPI). Récemment lancée par le gouvernement, cette interface qui est gérée par la Reserve Bank of India (RBI) permet des transferts d’argent entre deux comptes bancaires via le téléphone mobile.

Ce choix, selon un expert aurait l’avantage d’être plus souple « dans la mesure où la RBI a récemment durcir la réglementation pour les porte-monnaie électroniques ». Auquel cas, WhatsApp ne serait pas le premier étranger à opter pour cette solution. La semaine dernière, l’application suédoise Truecaller a également démarré un service de paiement via le mobile au travers de cette même plate-forme. Et ce, en partenariat avec ICICI. La concurrence promet de s’intensifier.

Marjorie Cessac
lesechos

Aller en haut