Accueil / International / XA va pouvoir passer à l’offensive dans la réassurance en Inde

XA va pouvoir passer à l’offensive dans la réassurance en Inde

XA va pouvoir passer à l’offensive dans la réassurance en Inde

L’assureur français vient d’obtenir l’autorisation d’ouvrir une succursale de réassurance à New Delhi. Il se focalisera sur la réassurance des programmes de protection sociale mis en place par certains Etats indiens.

AXA va pouvoir concrétiser ses ambitions dans la réassurance en Inde . L’assureur français vient de recevoir cet été le feu vert final de la part du régulateur local, l’Insurance Regulatory and Development Authority of India, pour y ouvrir une succursale de réassurance. Basée à New Delhi, cette structure, qui sera une succursale d’AXA France, « sera pleinement opérationnelle en septembre », annonce aux « Echos » Mattieu Rouot, directeur de la protection sociale internationale chez AXA France.

Depuis la fin de l’année dernière, plusieurs autres groupes étrangers – comme Munich Ré, SCOR ou Swiss Re – avaient déjà également obtenu le droit d’établir des succursales de réassurance dans le pays.

« Un besoin grandisssant »

La licence accordée à AXA est valable aussi bien en réassurance-vie, en santé qu’en réassurance-dommages. Dans l’immédiat, le groupe français va s’en servir pour proposer de réassurer les programmes de protection sociale qu’ont déjà mis en place ou que veulent monter plusieurs Etats indiens. « C’est un besoin grandissant. La couverture santé des populations est en effet de plus en plus une priorité pour les gouvernements locaux, qui souhaitent mettre en place des systèmes de type assurantiel », explique Mattieu Rouot.

AXA France – qui réalise déjà plusieurs centaines de millions d’euros de chiffre d’affaires dans des opérations d’assurance et de réassurance en protection sociale à l’international – a en fait commencé à faire de la réassurance en Inde en 2016, dans les Etats du Tamil Nadu et de Goa.

Programmes multi-annuels

« Nous apportons à la fois des capacités de réassurance et une expertise pour aider les Etats indiens et les assureurs locaux à construire des programmes qui soient pérennes dans le temps. Ce savoir-faire technique y est encore assez peu développé », détaille Mattieu Rouot.

L’assureur français n’avance pas d’objectifs de chiffre d’affaires. « Nous voulons nous inscrire dans la durée. Notre souci est donc avant tout d’être très sélectifs dans les risques que nous acceptons, car il s’agit souvent de programmes pluri-annuels. Dans certains Etats, certains programmes se sont révélés mal conçus avec des dérives en matière de consommation de soins », insiste Mattieu Rouot. AXA va réassurer une quote-part d’environ 50 % en moyenne sur chaque dossier : « Nous souhaitons que l’assureur garde une part importante du risque ».

Laurent Thévenin
lesechos

Aller en haut