Accueil / International / Xavier Niel dope le forfait de Free Mobile à l’étranger

Xavier Niel dope le forfait de Free Mobile à l’étranger

Xavier Niel dope le forfait de Free Mobile à l’étranger

Près de trois mois avant la fin des frais d’itinérance dans l’Union européenne, l’opérateur se positionne en supprimant le roaming dans plus de 35 pays.

Pour une offre qui se voulait mystérieuse , on pouvait s’attendre à plus sensationnel. Mais le nouveau forfait de Free Mobile n’en reste pas moins avantageux et solide par rapport à ceux de ses concurrents.

Dès ce mardi matin, l’opérateur propose une offre avec du roaming inclus toute l’année, pour 5Go par mois de forfait mobile (en 3G) dans plus de 35 pays (le forfait comprend les Etats de l’Union européenne ainsi que les Etats-Unis, le Canada, l’Afrique du Sud, etc), à partir de 19,99 euros par mois et à 15,99 euros mensuels pour les abonnés au forfait Freebox.

Jusqu’alors, les frais d’itinérance étaient généralement plafonnés à 35 jours sur l’année, en Europe, dans les offres des opérateurs français. Pour mémoire, le roaming – le surcoût payé lors de l’utilisation de son téléphone portable depuis l’étranger – prendra fin en Europe mi-juin, après que les Etats de l’Union européenne ont trouvé un accord il y a quelques semaines sur les prix de gros .

La consolidation à nouveau au centre des regards

En dégainant cette offre, Free Mobile se positionne et prend un peu d’avance sur ses concurrents français, en ce qui concerne les frais d’itinérance encore applicables dans les autres pays européens.

Et va sans doute les obliger à réagir en ce qui concerne les pays hors-UE où cette offre est aussi en vigueur – Etats-Unis, Canada l’Afrique du Sud, Australie, Nouvelle-Zélande, Israël – puisque celle-ci « s’applique automatiquement dès aujourd’hui aux anciens comme aux nouveaux abonnés au « Forfait Free », a précisé l’opérateur dans un communiqué de presse .

Lors de la présentation des résultats aux analystes la semaine dernière, le patron de Free, Xavier Niel, leur avait confié qu’un nouveau forfait allait être présenté ce mardi et qu’il « ne devrait pas plaire à [ses] concurrents ». Etant donné le passif du trublion des télécoms, ceux-ci pouvaient tout de même s’attendre légitimement à une offre plus agressive encore.

Ce nouveau forfait intervient alors que les opérateurs télécoms « historiques » ont retrouvé des couleurs et de l’optimisme après une bonne année 2016 où Bouygues Telecom, SFR et Orange ont vu leurs revenus et marges opérationnelles augmenter. La consolidation est aussi de nouveau au centre de tous les regards sur le secteur des télécoms .

lesechos

Aller en haut