Accueil / Auto & Transports / Zimbabwe : en proie aux difficultés, 190 millions $ sont nécessaires pour relancer la compagnie aérienne nationale

Zimbabwe : en proie aux difficultés, 190 millions $ sont nécessaires pour relancer la compagnie aérienne nationale

Zimbabwe : en proie aux difficultés, 190 millions $ sont nécessaires pour relancer la compagnie aérienne nationale

En proie à des difficultés, la compagnie aérienne nationale Air Zimbabwe a besoin, de la part de l’Etat zimbabwéen, son seul actionnaire, d’une injection d’environ 190 millions $ dans son capital pour financer sa relance.

Plombée par un endettement de plus de 300 millions $, Air Zimbabwe s’est doté d’un ambitieux plan visant à acquérir plusieurs avions, à en louer et à rembourser ses dettes.

Selon un document de redressement stratégique de 2018-2019, obtenu exclusivement par le Daily News, la compagnie aérienne a l’intention de se procurer de manière urgente trois avions de transport régional Embraer ERJ145 de 50 places, de conception brésilienne, adaptés pour les aérodromes du pays, ainsi que ceux de la région australe de l’Afrique.

Air Zimbabwe compte également renouveler sa flotte avec l’acquisition de quatre avions long-courriers Boeing B777, d’un autre Embraer ERJ 145, de deux avions cargos Boeing B737-300F. Ajoutée à cela, une flotte de secours médical qui sera composée d’un hélicoptère Bell 206 BIII et d’un avion léger Mooney M20R Ovation.

« Les besoins immédiats, à court, moyen et long terme nécessiteront une injection de fonds de roulement s’élevant à 189,2 millions $ afin d’assurer le rajeunissement de la compagnie aérienne nationale.», peut-on lire dans le document.

Dans ce montant, 13 millions $ sont nécessaires dans l’immédiat pour rembourser la dette de la compagnie à l’endroit de l’Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA), afin de lui permettre de reprendre ses liaisons européennes beaucoup plus lucratives, en particulier la ligne Harare-Londres.

Pour rappel, le 16 mai 2017, la Commission européenne avait inscrit la compagnie aérienne sur sa liste noire des compagnies aériennes faisant l’objet d’une interdiction ou de restrictions d’exploitation dans les aéroports de l’Union européenne.

Par ailleurs, 4,6 millions $ serviront à payer les frais de réintégration au sein de l’International Air Travel Association.

Au cas où le gouvernement ne parviendrait pas à obtenir le financement requis, Air Zimbabwe suggère, dans le plan de redressement stratégique, plusieurs autres options de financement alternatives, y compris la recherche de financement privé, ou encore la conclusion de contrats de location-vente ou de partenariats stratégiques.

La Compagnie aérienne soutient que si le plan est mis en œuvre avec succès, elle reviendra à la rentabilité d’ici la fin de l’année, tout en ayant la capacité de rivaliser avec les géants régionaux et mondiaux de l’aviation.

Selon le document, Air Zimbabwe a la capacité de réaliser un bénéfice de 200 000 $, d’ici à décembre 2018, pour atteindre progressivement 22 millions $ par an, d’ici 2020.

« Air Zimbabwe vise à développer son réseau de liaisons afin de rivaliser avec d’autres compagnies aériennes continentales et internationales tel que Ethiopian Airlines, Kenya Airways, South African Airways, Emirates Airlines et British Airways.», lit-on dans le document.

agenceecofin

Aller en haut