Accueil / Bourse / ZOOM Le pétrole fait dégringoler les banques à Wall Street

ZOOM Le pétrole fait dégringoler les banques à Wall Street

ZOOM Le pétrole fait dégringoler les banques à Wall Street

Le secteur bancaire a été malmené vendredi à Wall Street, traders et analystes s’interrogeant sur le remboursement des crédits accordés aux entreprises énergétiques sur fond de chute des prix du pétrole.

L’indice regroupant toutes les valeurs financières a clôturé sur un recul de 3,42%, alors que celui du secteur énergétique a lâché 2,87%.
Les six grandes banques américaines ont été très pénalisées: Citigroup a dévissé de 6,41% à 42,47 dollars, Morgan Stanley de 4,35% à 25,97 dollars, Bank of America (BofA) de 3,54% à 14,46 dollars, Wells Fargo de 3,59% à 48,82 dollars et Goldman Sachs de 3,58% à 155,61 dollars. Seule JPMorgan Chase a limité la casse, avec un recul de 1,99% à 57,04 dollars.

Cette défiance générale était due davantage due à l’augmentation des réserves non juridiques qu’à leur rentabilité, faisait valoir l’analyste Jack Ablin de BMO Private Bank.

On a l’impression qu’elles ont commencé à augmenter les réserves liées au crédit, une première depuis plusieurs années, a-t-il déclaré.

Citigroup et Wells Fargo, respectivement quatrième et troisième banques américaines par actifs, ont passé d’importantes provisions au quatrième trimestre et annoncé une hausse de leurs réserves pour suppléer aux défauts de paiements des compagnies énergétiques.

La veille, JPMorgan Chase, première banque américaine, avait averti qu’elle pourrait encore augmenter ses réserves si le prix du pétrole restait aux alentours de 30 dollars pendant un long moment.

Les cours du pétrole évoluaient vendredi à New York à des niveaux plus vus depuis fin 2003, semblant s’installer sous les 30 dollars le baril.

Outre le pétrole, le contexte ne plaide pas pour les banques: le ralentissement économique en Chine et en Amérique latine, anciens relais de croissance, et la baisse des taux longs aux Etats-Unis font planer des incertitudes supplémentaires sur leur rentabilité.

Les marchés ont par conséquent ignoré les gros bénéfices engrangés par ces banques en 2015: 23,03 milliards de dollars dont 5,71 milliards au quatrième trimestre pour Wells Fargo, 17,24 milliards dont 3,34 milliards pour Citigroup et 24,44 milliards dont 5,43 milliards pour JPMorgan.

Les résultats de BofA, Goldman Sachs et Morgan Stanley sont attendus la semaine prochaine.

 

afp/romandie.com

Aller en haut