Accueil / International / Zuckerberg à Paris, l’occasion pour Macron de revenir sur la fiscalité des Gafa

Zuckerberg à Paris, l’occasion pour Macron de revenir sur la fiscalité des Gafa

Zuckerberg à Paris, l’occasion pour Macron de revenir sur la fiscalité des Gafa

L’emblématique patron de Facebook, Mark Zuckerberg, est en visite à Paris, ce mercredi 23 mai. Après son audition sur les failles de son réseau social, ce mardi après-midi au Parlement européen à Bruxelles, il est reçu à l’Elysée par le président Macron pour la « Tech for Good », une réunion à laquelle le président français a convié tous les grands patrons de la Silicon Valley. Jeudi, Mark Zuckerberg se rendra au salon technologique Viva Tech à la porte de Versailles, évènement qui rassemble le monde des start-up. Cette visite en France est l’occasion pour le président Macron de réaffirmer sa position sur la fiscalité des Gafa.

« Mieux taxer les géants du numérique », c’est la bataille qu’Emmanuel Macron aimerait remporter sur la scène européenne.  Il souhaite instaurer une nouvelle fiscalité pour les Gafa, (Google, Apple, Facebook et Amazon) tant décriés pour leur manque de contribution à l’imposition, en Europe. Actuellement les géants du net paient environ 9% d’impôt contre 23% pour les autres entreprises.

La proposition portée par la France prévoit une taxe de 3% sur les revenus, et non sur les bénéfices, pour les groupes dont les revenus à l’intérieur de l’Union européenne dépassent 50 millions d’euros. La mesure pourrait rapporter  5 milliards d’euros par an, et découragerait le dumping fiscal entre les pays membres.

Mais Emmanuel Macron se heurte à la résistance de ses partenaires européens. Malte et la République tchèque s’y opposent fermement, tout comme l’Irlande où se trouve le siège de Facebook, et le Luxembourg celui d’Amazon or en matière fiscale les décisions requièrent l’unanimité.

Il est probable que le président français redira à Mark Zuckerberg la nécessité de s’acquitter d’une taxe en Europe, mais tant que les ministres européens des Finances resteront au stade des discussions, les patrons des Gafa auront encore de beaux jours devant eux.

rfi

Aller en haut