vendredi 07 mai 2021
Accueil / Agro / Côte d’Ivoire : l’AFD apporte un appui de 40 millions d’euros pour la résilience du coton

Côte d’Ivoire : l’AFD apporte un appui de 40 millions d’euros pour la résilience du coton

Côte d’Ivoire : l’AFD apporte un appui de 40 millions d’euros pour la résilience du coton

Dans le cadre  du Projet d’appui à la résilience des systèmes cotonniers du nord de la Côte d’Ivoire (Resco), la France, par le biais de l’Agence française de développement (AFD) et la Côte d’Ivoire ont signé une convention de financement de 40 millions d’euros le jeudi 29 avril à Abidjan.

La partie ivoirienne était représentée par les ministres Adama Coulibaly, Moussa Sanogo respectivement ministre de l’Economie et des Finances et ministre du Budget et du Portefeuille de l’Etat tandis que côté français, l’on notait la présence de Bruno Le Maire, ministre français de l’Economie, des Finances et de la Relance, et Emmanuel Debroise, directeur de l’agence Afd d’Abidjan en présence de Jean Christophe Belliard, l’Ambassadeur de France en Côte d’Ivoire.

Pour Bruno Le Maire, cette initiative « très symbolique » va booster la filière coton tout en garantissant sa durabilité. Il souhaite ce genre d’investissement dans la filière cacao, dont la Côte d’Ivoire est premier producteur. « La possibilité de valoriser le Cacao et d’avoir une industrie agroalimentaire derrière qui valorise le cacao vous protège de la fluctuation des coûts du cacao (…) Elle crée des emplois sur le territoire et ça donne de la valeur à l’économie ivoirienne. Tout ça, c’est le cap dans lequel nous voulons nous orienter », souligne le ministre français de l’Economie, des Finances et de la Relance.

Le Plan national d’investissement agricole (PNIA), issu du Plan national de développement  (PND), montre d’un cran au regard de la satisfaction affichée par le ministre ivoirien de l’Economie et des Finances, Adama Coulibaly. Se félicitant de l’engagement de la France à accompagner son pays dans sa politique d’amélioration de la production agricole, il promet que les ministères concernés feront bon usage de ce financement en apportant une plus-value.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut