vendredi 07 mai 2021
Accueil / Mines & Energies / En 2020, la plus grande société pétrolière du monde a enregistré une baisse de 44 % de ses revenus

En 2020, la plus grande société pétrolière du monde a enregistré une baisse de 44 % de ses revenus

En 2020, la plus grande société pétrolière du monde a enregistré une baisse de 44 % de ses revenus

L’Arabie Saoudite dépend à plus de 70 % des exportations de pétrole du pays pour alimenter les caisses publiques. Le royaume a ainsi comme bon nombre d’autres pays producteurs, fait face à d’importantes difficultés en raison de la pandémie de Covid-19.

Le 20 mars, la société publique saoudienne du pétrole Saudi Aramco a publié ses résultats financiers annuels de 2020.

D’après les documents fournis, la compagnie a enregistré une réduction de 44 % de ses revenus en 2020. Ils ont ainsi atteint 49 milliards $, contre les 88,2 milliards $ affichés en 2019 et les 111,1 milliards $ de 2018. Cette chute des bénéfices s’explique par l’apparition de la pandémie qui a secoué les marchés pétroliers.

Selon le document, la société a également déclaré qu’elle a produit l’équivalent de 9,2 millions de barils de pétrole par jour l’année dernière et les dépenses d’investissement ont baissé dans la même période pour s’établir à 27 milliards $, contre 32,8 milliards $ en 2018. Aramco a indiqué qu’elle envisage de dépenser 35 milliards $ en 2021, soit 5 à 10 milliards de dollars de moins que les estimations précédentes.

Il faut souligner que malgré cette diminution de 44 % de son revenu net, Aramco tiendra sa promesse de verser des dividendes trimestriels de 18,75 milliards $, soit 75 milliards $ par an, conformément aux engagements pris envers ses actionnaires lors de son introduction en bourse.

L’entreprise reste optimiste et a informé que les raffineries de pétrole et les terminaux d’exportation du royaume ayant fait l’objet d’attaques par les Houthis du Yémen, sont en passe de reprendre du service.

Par ailleurs, Amin Nasser (photo), PDG de Saudi Aramco, a déclaré que « la société voit une reprise de la demande en Asie et également des signes positifs ailleurs. Nous restons convaincus que nous réussirons à nous défaire du spectre de cette pandémie déjà bien ancrée ».

Notons que selon l’agence gouvernementale de statistiques, avec la chute des prix du pétrole et la propagation du virus dans le monde, l’économie saoudienne s’est contractée de plus de 4 % en 2020.

Le royaume wahhabite a signalé au début du mois de mars qu’il prolongerait sa réduction volontaire de production pétrolière d’un million de barils par jour jusqu’en avril. La plupart des pays membres de l’OPEP et les pays alliés ont également maintenu leurs réductions de production.

Cela contraste fortement avec le mois de mars de l’année dernière, lorsqu’une guerre des prix entre l’Arabie saoudite et la Russie a entrainé un sur approvisionnement du marché alors que la demande plongeait.

 

agence ecofin

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut